Connect with us

Bien Être

16 degrés, un dimanche de février.

Il est 14h ce dimanche et la température avoisine les 16 degrés. Il fait agréablement chaud pour un mois de février. L’idée d’un road trip improvisé paraît presque évidente, mais quelle destination choisir ? C’est non loin de la plage de Sainte Croix que nous décidons de nous aventurer.

Il suffit de marcher quelques mètres pour se retrouver face à cette vue, face à l’immensité qu’est la mer. Je ne sais pas pour vous, mais je ne me lasserai jamais du mouvement des vagues, de cette odeur de sel et de cette sensation d’apaisement à chaque fois que je retourne la voir.

Même après vingt-deux années d’existence, je suis toujours aussi émerveillée par ce spectacle. Les rochers, se tiennent là, comme près à accueillir les vagues dans leurs gros bras. Le vent me pousse dans tous les sens, c’est comme un combat à chaque pas.

Je ferme les yeux quelques minutes pour respirer cet air si frais ; ça change de la pollution citadine. Mais voilà que je suis interrompue dans ma réflexion : l’eau m’éclabousse. Je recule et manque d’écraser les vestiges de ce qui semble être un oursin. Il a perdu la moitié de ses épines.

En contrebas, il y a une petite crique et pour m’y rendre je dois traverser un chemin de terre bordé de buissons ronds aux jolies fleurs jaunes, dont je ne me souviens jamais du nom.

Au bout, je remarque un tronc d’arbre coupé, en plein milieu de la crique. C’est drôle, il est placé de telle sorte que l’on croirait à un banc, sur lequel on pourrait s’asseoir pour y contempler l’horizon et faire le bilan de sa vie.

Je m’y assois et j’observe à mes pieds des tas de petits rochers à la forme bien particulière : ils sont couverts de trous, c’est très curieux lorsque l’on observe bien on dirait des ruches. On trouve toute sorte de rochers sur cette plage, et si l’on cherche vraiment bien on peut tomber sur de tout petits coquillages.

Dans le ciel, les nuages s’évadent à une vitesse folle, quelques mouettes s’invitent à notre promenade volant au grès du vent. Et voilà qu’elles s’éloignent peu à peu, rejoignant Marseille.

Je me rends compte que c’est peut être ça finalement l’important, les petites choses de la vie, une plage presque vide, une vue imprenable sur la mer, ce sentiment de liberté qui ne nous lâche pas. Cette envie d’arrêter le temps, ne serait-ce que quelques minutes, et puis de s’évader.

Facebook Comments
Written By

Most Popular

Comment gagner les dernières places pour l’Electroschock du Cours Mirabeau le 14 juin ?

Actu

Le Cours Mirabeau se transforme en dancefloor géant le 14 juin ! Découvrez les stars internationales attendues…

Actu

Les Instants d’été : on vous dévoile les 12 films projetés dans les parcs d’Aix cet été !

Ça teste

Ouverture du nouvel hôpital privé d’Aix : on vous dévoile les 4 infos essentielles…

Actu

Connect