Romain le curieux de culture

Romain le curieux de culture

Un musée, des photos, une scène ouverte... J'ai 27 ans et j'aime débusqué des trouvailles culturelles aixoises rien que pour vous ! (Arrivé dans l'équipe en juin 2017)

Non classé

La Fête de la Musique s’apprête une nouvelle fois à envahir Aix !

Fête de la musique

Le 21 juin n’est pas férié. Il ne marque pas la mort ou la naissance d’un prophète mais, pour beaucoup d’entre-nous, c’est un jour qui frôle la spiritualité. Vous le sentez arriver, ce parfum mêlant transpiration, alcool et amplis grillés ? La Fête de la Musique est bientôt là. Hallelujah.

Ça teste

L’expo Marilyn à l’hôtel Caumont : les petits secrets d’une icône

marilyn-monroe-402096_960_720

De Mortenson à Monroe, de Norma Jeane à Marilyn… L’icône hollywoodienne suprême a revêtu une multitude d’identités au fil de sa carrière. Si on reconnaît l’actrice au talent certain, la chanteuse espiègle, c’est bien pour et par ses photographies qu’elle jouit, cinquante-cinq ans après sa disparition, d’une aura et d’une célébrité inégalées. ICM vous propose une introduction à la vie de Marilyn Monroe, pin-up devenue légende, et vous invite à vous rendre à l’Hôtel de Caumont pour découvrir les artistes qui l’ont immortalisée.

L’âge d’or d’Hollywood est profondément masculin. A l’image de l’industrie du disque, les grands studios signent des jeunes filles innocentes et naïves, aveuglées par le miroitement des écrans. S’en suit la standardisation et la formation de stars en devenir : teinte de cheveux, cours de danse et de chant, maquillage outrancier et remodelage du visage. Les actrices en devenir doivent répondre aux canons de beauté de l’époque, effacer leur personnalité au profit d’une voluptueuse silhouette. Norma Jeane ne déroge pas à la règle.

NaFsoGVvu0tALio7kKR6XkD8YQEL’appel du show business

La native de Los Angeles connaît une enfance compliquée, entre familles d’accueil et orphelinat. Un père absent, une mère instable. En 1942, elle se marie à James Dougherty. Elle a seize ans. Norma Jeane veut s’extirper de sa condition. Elle se rend rapidement compte que la stabilité ne lui suffit pas. Les magazines qu’elle dévore vantent les paillettes hollywoodiennes, elle veut répondre à l’appel.

A dix-neuf ans, elle intègre une agence de mannequinat. Peu de temps après, la 20th Century Fox, poids lourd de la fabrique des rêves, lui offre un contrat d’un an. Ici, commence la transformation. On la convainc de changer de nom : Marilyn en référence à l’actrice Marilyn Miller (par une sadique ironie, les vies tragiques des deux femmes se feront souvent écho), Monroe en adoptant le nom de jeune fille de sa mère.

La consécration

Le premier photographe d’importance à poser son objectif sur Marilyn, André de Dienes, lui conseille de ne refuser aucun shooting. Elle s’exécute et enchaîne les travaux peu rémunérés dans l’espoir d’agrandir sa notoriété. Elle joue également des personnages dans de grosses productions – elle a un petit rôle dans All about Eve de Mankiewicz qui remporte l’Oscar du meilleur film en 1951 – ce qui lui apporte la signature d’un contrat de 7 ans avec la 20th Century Fox, une réelle garantie. Un tremplin vers la gloire.

Marilyn Monroe va dominer le Hollywood des années 1950. De son soutien aux troupes stationnées en Corée à son langoureux Happy birthday Mr President adressé à JFK, de Gentlemen Prefer Blondes de Howard Hawks à The Misfits qui lui permet de tourner avec son idole, Clark Gable, juste avant sa mort. Nombre de photographes de d’importance seront littéralement enchantés par l’égérie : André de Dienes, Philippe Halsman, Milton Greene, Richard Avedon, Ed Feingersh, Sam Shaw, George Barris, Eve Arnold, Cecil Beaton, Bert Stern. Tous présents dans la scénographie proposée par Marilyn, I Wanna Be Loved By You. Tous subjugués par la beauté évanescente de l’artiste faussement lisse.

L’Éternelle

Marilyn meurt en 1962 d’une overdose de somnifères. Elle avait trente-six ans. Soit un an de moins que l’âge auquel Marilyn Miller avait succombé de complications liées à son alcoolisme.

Bert Stern, le dernier à l’avoir capturé, déclarait que la photographier, c’était “comme photographier la lumière”. Eve Arnold, inconsolable : “vingt-cinq ans après sa mort, je suis toujours hanté par elle, telle qu’elle apparaissait devant mon objectif”.

Il est possible que personne n’est véritablement jamais compris Norma Jeane Mortenson. Marilyn Monroe, quant à elle, dégagea une telle flamboyance, passionnée et fulgurante, qu’elle resta gravée dans la rétine. A l’image de l’artefact qui nous suit quand nous fermons les paupières, après avoir défier la flamme droit dans les yeux.

Romain Truchet

Infos pratiques

Marilyn, I Wanna Be Loved By You est à voir jusqu’au 1er mai 2017 à l’Hôtel de Caumont, Centre d’Art, 3 rue Joseph Cabassol, 13100 Aix-en-Provence.

Horaires : tous les jours de13h – 18h

Tarifs : 13€ en plein tarif, 10€ en tarif réduit (Pass Education, demandeurs d’emploi, étudiants de plus de 25 ans), 5€ en tarif jeune (7 à 25 ans)

snap