Connect with us

Ça surprend

Avec mon Aix, c’est terminé – mon billet de départ

Dans la région depuis plus de 5 ans, je me suis installé à Aix-en-Provence avec, dans ma valise, une licence de droit (à Marseille) et une grande partie de mes amis qui quittaient eux aussi la cité phocéenne pour s’attaquer aux années de master.

Après la recherche laborieuse d’un logement, j’ai fini par m’installer dans un petit appart hôtel de la résidence Le Moulin, situé approximativement à 2 minutes de l‘amphi Portalis (je m’étais chronométré). Sans vouloir vous écrire un petit mot sur mes deux années de master, Grégory, mon rédac’ chef, souhaite plutôt que je vous fasse le bilan de ma relation avec la belle ville aux milles fontaines.

Avec Aix, on s’est rencontré tout bêtement à la fac de droit. Comme c’est le cas pour beaucoup d’entre vous. Au détour d’un cappuccino à la cafét’, dans un couloir en sortant de TD, dans un amphi bondé où il faisait trop chaud (ou trop froid). Elle me laissait déjà présager une histoire faite de soleil, de cours et d’amis dans l’ambiance euphorique des premiers jours des petits nouveaux.

Quand je l’ai rejoint la première fois sur le Cours Mirabeau, elle avait sorti le grand jeu : un temps superbe et des terrasses qui fourmillaient. D’ailleurs, les terrasses d’Aix n’ont jamais vraiment désemplis.

Aix est généreuse, elle t’offre beaucoup à voir et à faire. Les restaurants, les bars, le shopping, les nouveaux concepts, tout est là ! Elle n’a cessé de prendre des initiatives et de me faire des surprises, au détour des rues, pour mon plus grand bonheur.

Elle est particulièrement agréable à vivre quand il y fait beau et la vie nocturne te donnera toujours une bonne raison de prolonger ta soirée jusqu’au bout de la nuit puisqu’après tout, tes révisions peuvent attendre (les partiels ne sont que dans deux semaines).

Elle et moi, on s’est bien éclatés. Épuiser les bars de la place des Cardeurs, tester tous les restaurants (qui se défendent tous très bien quand même), explorer chaque ruelle, user le dancefloor du Scat, de l’IPN et du Mistral, multiplier les thés des nombreux salons sans compter toutes les expositions du Centre d’art Caumont ou Granet.

Je garderai évidemment un très bon souvenir de cette histoire, bien qu’en deux ans de relation, il y a eu quelques déceptions (mais on en parle pas sur le blog, donc vous pouvez vous rendre les yeux fermés aux adresses qui ont eu droit à leur article) et une certaine lassitude.

Aix restera néanmoins une ville qui saura séduire n’importe quel étudiant. Il n’y a qu’à regarder la façon dont elle nous sourit.

Sur ce, c’est avec le cœur lourd que je vous quitte pour d’autres contrées. J’espère avoir ravi mes lecteurs et que le blog vous apporte votre dose de nouveautés et de bonne humeur quotidienne ! Faites confiance à l’équipe de passionnés qui le composent et n’hésitez pas a sortir de vos sentiers battus.

En souhaitant une bonne continuation a tous, love.

Facebook Comments

Le bon vivant de la bande ! Toujours prêt à vous dégoter une nouvelle bonne adresse pour le peuple aixois (ah oui quand même) approchez messieurs dames !

Most Popular

Comment gagner les dernières places pour l’Electroschock du Cours Mirabeau le 14 juin ?

Actu

Le Cours Mirabeau se transforme en dancefloor géant le 14 juin ! Découvrez les stars internationales attendues…

Actu

Les Instants d’été : on vous dévoile les 12 films projetés dans les parcs d’Aix cet été !

Ça teste

Ouverture du nouvel hôpital privé d’Aix : on vous dévoile les 4 infos essentielles…

Actu

Connect