L'attrape-rêvesNon classé

Carnaval 2018 : Retour en images

Ca y est, le printemps est définitivement installé sur nos beaux et florissants paysages provençaux. Pour fêter cela, une célébrité nous a rendu visite… Qui ça ? Le Baron des bulbes, voyons, tête d’affiche du Carnaval d’Aix 2018 !

Le lieu…

Comme vous le savez sûrement, la ville est sans dessus-dessous afin d’accueillir le BHNS. Le Bus à Haut Niveau de Service. Difficile de le rater en effet : la belle Rotonde est parée de barrières rouges et blanches du plus mauvais goût, la route, brisée de partout, a totalement perdu sa fonction première : faire circuler…

Comment faire alors pour accueillir le Carnaval qui, chaque année, descend la rue Thiers, puis le Cours Mirabeau, pour un final éclatant surplombant notre plus célèbre fontaine ? Sera t-il annulé, comme les feux d’artifice du 14 juillet de ce deux dernières années, que nous attendons encore ? Que nenni ! En cette année 2018, le Carnaval d’Aix paradera fièrement sur l’avenue Max Juvénal.

Où ça, me direz vous si, comme moi, le nom des rues ne s’imprime pas dans votre mémoire ? Mais si, vous voyez, l’avenue qui passe derrière le GTP et mène jusqu’au Pasino. L’avenue, là, qui passe sous le mur de verdure et mur d’eau, et  le pont qui part de la Méjanes… C’est bon, vous situez ?

Alors certes, ce n’était pas aussi typique, voire mythique, que sur le Cours Mirabeau. Mais c’était joli. Et c’était sans nul doute beaucoup plus pratique : cette année, le nombre de spots pour observer le Carnaval n’a pas manqué ! En hauteur, dans les pelouses de la Méjanes, ou de l’autre côté, sur les trottoirs, sur le terre-plein central… Il y en avait pour tous les goûts. Et comme la parade à fait un aller-retour sur l’avenue, chacun a pu voir de tout près l’ensemble des chars. Sympa non ?

Nous, en tout cas, on valide ce parcours de rechange à 100%. Et notre chien aussi. Pour une fois, il a pu assister au Carnaval sans avoir peur pour ses patounes.

 

L’histoire…

Commençons par un peu d’histoire, la vraie, celle des temps passés. Si l’on en croit l’office de tourisme, le Carnaval aixois tel que nous le connaissons aujourd’hui existe depuis le milieu du XIXè siècle. Soit il y a presque 200 ans. Mais à l’époque, cela durait une semaine. Et rassemblait 200 000 personnes.

En 1950, l’intérêt des habitants pour la festivité est en perte de vitesse. Le Comité officiel du Carnaval tient bon, et la festivité aixoise perdure. Jusqu’à aujourd’hui, presque 70 ans plus tard. Seul point d’étape notable : depuis 2007, l’organisation du Carnaval relève de la Direction de la culture de la ville.

Et maintenant, intéressons nous à l’histoire, la fable, de ce Carnaval.  Le Baron des bulbes, notre nouveau héros, semble tout droit sorti d’un film des Monthy Pithon. Librement inspiré de l’univers surréaliste de Terry Gilliam, un des acteurs du célèbre groupe d’humoristes britanniques, devenu réalisateur, et auteur notamment de « Brazil », « L’armée des douze singes » ou encore du « Baron de Münchausen »… dont le Baron des Bulbes tire de nombreux traits ! Sorte de Don Quichotte moderne, vaguement explorateur, il vient nous présenter, au travers de 4 chars complètement excentriques et quelques peu inquiétants, ses découvertes. Par ordre d’apparition, après la calèche permettant au Baron des Bulbes de se présenter à tous, vous pouviez découvrir « l’Observatorium », « le Clocharium », « le Seiche à Phone » et, enfin, « le Bulbe ». Entre les chars, des personnages costumés, des oiseaux… Peut-être la faune et les autochtones rencontrés par le Baron lors du périple dont il nous a fait le récit en début de cortège ? Le doute plane puisque, malgré tous les efforts effectués, il était bien difficile de comprendre ce qui était narré au micro. Pour clore la parade, la fleur recouvrant la fontaine Francois-Turpin éclot, laissant échapper d’élégants acrobates, métaphores du parfum, de la légèreté, de la magie du printemps. Jusqu’au final, une explosion de couleurs digne au croisement entre les couleurs chatoyantes d’Aix en plein été, et la Holi, la fête des couleurs indienne.

 

Les créateurs

Nouvelle compagnie artistique choisie pour  tenir la baguette de chef d’orchestre du Carnaval d’Aix en cette année 2018 : l’association de cirque et art de rue Nickel Chrome. Néanmoins assistée, pour un final des plus acrobatiques, par la Compagnie Gratte-ciel, désormais bien connue des aixois pour avoir (admirablement) dirigé… le Carnaval 2016 !

Enfin, ne nous trompons pas : le Carnaval d’Aix c’est, surtout, le fruit d’une collaboration hors pair entre nombre d’associations aixoises. Profitons en pour leur rendre hommage :

Elles ont créé quelques 500 costumes : les femmes de l’Atelier Jasmin !

Ils sont à l’origine des chars, sous l’égide du scénographe Thierry Pierras : les bénévoles du COCA (Comité Officiel du Carnaval d’Aix)!

Ils ont su maintenir la hype : les percussions Curinga et les cuivres Bandadudock !

Ils ont costumé et maquillé petits et grands, ils ont défilé sous un soleil de plomb mais avec un sourire aux lèvres : Mimethis et Catharsis, Association Espoir Provence « Foyer Orée du Jour », Histoires d’Aix et de Provence, la Déco d’Emmanuelle, Dance Skills Academy, Service civique Unis Cité,  CS Aix-Nord, CS Marie-Louise Davin, CS Albert Camus, Centre socio-culturel Jean-Paul Coste, CS Château De l’Horloge !

Facebook Comments
Il Court Mirabeau
Leave a Comment