Ça flane

Ça flaneElections 2017

Elections 2017 : votez pour la plus belle place d’Aix

plll©Ville d'Aix

Elles ne sont ni de gauches, ni de droites. Elles sont le théâtre de rencontres, de petits verres désaltérants posées sur les tables et de belles promesses. Elles concourent pour être élues plus belle place d’Aix le temps d’un article. J’ai nommé… les places. Tour d’horizon des candidates avant le vote en fin d’article !

Le Forum des Cardeurs : cet ancien quartier juif est devenu l’une des places les plus dynamiques du centre ville. Son programme : faire tintinnabuler les tasses de cafés, profiter du beau soleil aixois.

La place d’Albertas : un des lieux les plus typiques de la capitale provençale, un des plus représentatifs. Son programme : se laisser envoûter par l’histoire.

La place de l’Hôtel de Ville : le cœur de ville bat son plein avec sa Tour de l’Horloge.  Son programme : s’imaginer aux bras de sa promise à la sortie de l’Hôtel de Ville.

La place des Quatre Dauphins : au cœur du quartier Mazarin connu pour ses magnifiques hôtels particuliers, la place des Quatre Dauphins est un de ces joyaux aixois plutôt méconnus des touristes.  Son programme : la plénitude universelle pour toutes les catégories de la population.

La place des Prêcheurs : proche du Nord d’Aix et jouxtant la place Madeleine et Verdun, elle sera reliftée dès la fin de l’année 2018 et verra naître un tout nouveau parvis au Palais de Justice.  Son programme : devenir LA plus grande place d’Aix dans quelques mois… Et ce sera une promesse tenue !

La place François Villon : à une lettre près, nous étions pile dans l’actu de 2017 ! Cette place a vu le jour en 2007 et se blotti au coeur du quartier des Allées Provençales, à deux pas de l’Office de Tourisme.  Son programme : continuer à mener les passants vers la Fnac… Ah la Fnac.

La place des Augustins : animée, conviviale, étudiante à souhait. Son programme : les jeunes, les jeunes, les jeunes.

Mais aussi… la place Saint Jean de Malte

La place Richelme

La place des Fontêtes

La place Verdun

Votez pour votre place préférée, laquelle ira au second tour ?

Ça flane

Pourquoi flâner un petit matin d’hiver sur Aix est une sacrée aventure

Aix-en-Provence

Je me promenais, voici quelques jours, sur le Cours Mirabeau au petit matin. L’atmosphère était glaciale au tournant de 7h44. Le ciel couvert de nuages fins zébrait petit à petit de lumière. La nuit se mettait en veilleuse et les platanes dévêtus prirent soudain des couleurs d’écorce de mandarine.

Bientôt les commerces uns à uns sortirent de leurs torpeurs et je me laissais emporter à regarder la manœuvre. Je crois que la plupart des personnes qui parcourent les rues d’Aix au petit matin savent au fond d’eux qu’ils vivent dans un lieu spécial. Observer les petites habitudes des aixois le matin est une machinerie infiniment complexe et d’une simplicité désarmante. L’étudiant en retard à son cours après sa soirée arrosée, qui enfourche un vélo pour descendre plus vite vers les facs. La vieille dame solidement couverte qui se rend aux marchés aux fleurs juste par habitude. Les cadres qui s’élancent d’un pas rapide vers la gare sans lever un oeil vers le spectacle qui s’offre à eux.

Un spectacle. Celui d’un petit matin d’hiver sur Aix. Il y flotte un petit air de Provence dans cette Aix au bord des montagnes plus au Nord qui se réchauffent de neige. Dans cette Aix blottie, à l’abri de la pétillante cousine phocéenne qui se lève les yeux tournés vers la mer. Ce qu’il y a de fascinant en se baladant si tôt, c’est ce silence aussi doux que la pâte de calissons, qui contraste avec la certaine démesure et grandiloquence des fins de journées bruyantes. Plus qu’un silence, une humilité, les pierres respirent sans l’étouffante course au m’as-tu-vu. Aix redevient elle même au petit matin, modeste et impressionnante à la fois. Une sacrée aventure.

Ça flane

Mes 3 émotions dans les gorges du Verdon

saintecroix4

Au coeur de l’hiver, flairons les beaux jours avec une balade entre Sainte-Croix-Du-Verdon et Moustiers Sainte Marie, à 1h d’Aix ! Quelles sont les premières sensations quand on arrive sur place, à la fin de l’été dernier ? 

I. LA PERSPECTIVE

Sainte-Croix. Un joyau. Le premier mot qui me vient à l’esprit quand on arrive en surplomb du village culminant à 513 mètres, tient en 10 lettres : la perspective. Aux deux sens du terme. C’est d’abord la perspective d’un paysage unique. Tant au niveau du relief, escarpé, adouci, craquelé, rocheux au loin, aquatique à mes pieds, qu’au niveau des couleurs. En une seule vue, pas moins de neuf tonalités rentrent en scène…

saintcroix3

Le vermeil et l’encre de la coccinelle, le nacre des talus fleuris, le saumon des toitures baignées de soleil, le turquoise du lac, puis plus loin, l’émeraude des forêts, les teintes noisette des sous-bois et les cimes grises de la Crête du Montdenier et ses 1625 mètres. Vous allez me dire : ça ne fait que huit couleurs ! Une neuvième apparaît belle et bien à qui sait attendre : cette nuance mène la danse entre juin et août à quelques encablures de là : le violet des lavandes odorantes qui parfument le plateau de Valensole.

Perspective de relief et de couleurs, mais aussi perspective de projets. Regardez cette coccinelle qui, posée sur sa terrasse de verdure, a des envies d’ailleurs : s’envoler vers les vertigineuses gorges du Verdon, piquer une tête ou une antenne du côté des berges de Bauduen, ou s’immiscer dans les meurtrières d’un coquet château de l’autre côté de la rive, sur le beau village d’Aiguines. Lire les pensées d’un coléoptère est sûrement pour vous une grande première, c’est pour cela que nous allons revenir à mes propres sensations, qui sont pour tout vous dire… les mêmes (hormis pour m’envoler au dessus du lac, je vous le concède aisément).

II. L’AVENTURE

Puisque les rêves sont faits pour être réalisés, nous voici partis pour ces fameuses gorges du Verdon, deuxième plus grand canyon du Monde après le Colorado. C’est parti pour le deuxième mot clé de la journée : l’aventure. Des cascades, des plages de sables fins lovés au cœur des montagnes. L’évasion à l’état pur.

Le soir tombe vite en cette fin d’été. Les canoës ramenés à l’embarcadère, nous prenons la voiture pour finir en beauté au cœur d’un curieux village.

III. L’ENVOÛTEMENT

Et là, le 3ème mot de cette escapade surgit : la magie de la Provence. Quand le crépuscule chavire et que Moustiers-Sainte-Marie réverbère, une crèche provençale apparaît comme une promesse éphémère. Venir dans le Verdon une journée, c’est se bercer de promesse au petit matin, jouer les aventuriers l’après midi et se prendre à rêver le soir.

Ça flane

Mon surprenant week-end azuréen

photoweekendcotedazur

Vous le sentez le « dépaysement » ? Les lignes qui arrivent vont l’amener sur un plateau d’argent. A 1h30 d’Aix ! Découvrez le deuxième papier de notre blogueuse Sophie, la ch’ti émerveillée du groupe ! Pour rappel, elle a foulé les allées aixoises pour la première fois en août dernier. On suit au fil des mois sa découverte de la région… Et comment dire ? On l’adore elle et ses pérégrinations…

En octobre, les touristes se font plus rares et le soleil semble les avoir suivis. Heureusement,  quelques jours font exception à cette règle automnale et j’en ai profité pour passer un week-end à l’est, sur la Côte d’Azur !

NICE

A seulement deux heures d’Aix se trouve Nice, la capitale azuréenne qui allie les avantages d’une grande ville à ceux d’une nature généreuse.

Ici, je flâne au hasard des maisons colorées tapissées de volets avec clapets typiquement niçois, pour passer en quelques instants du centre au Vieux-Nice pour déboucher sur la promenade des Anglais, plongeant mes yeux dans cette mer d’un bleu effectivement azur.

Voici quelques endroits à découvrir à Nice, la liste n’est bien sûr pas exhaustive !

  • La place Masséna et le centre ville 

J’ai aimé déambuler au cœur de la ville, sur ce damier entouré d’arcades qui rappellent l’Italie et de façades aux couleurs flamboyantes. D’étranges créatures peuplent le lieu depuis 2007 : sept statues en résine blanche perchées dans le ciel représentent les sept continents et les relations entre les différentes communautés (œuvre de Jaume Plensa). Tout en dialoguant entre elles et avec les passants, les statues illuminent le ciel niçois le soir venu.

Traversée par le tram, la place se trouve à proximité des rues commerçantes d’un côté, et de la vieille ville de l’autre. En bref, un lieu central incontournable !

Juxtaposée à la place, la promenade du Paillon est à la fois revigorante et apaisante, avec son miroir d’eau, sa végétation entretenue et ses jeux pour enfants qui se fondent à merveille dans le paysage.

centre-massena centre-massena2

  • La promenade des Anglais

Se balader le long de la baie des Anges est très agréable grâce à la promenade des Anglais longue de 7 kilomètres. Le temps de jeter un œil partout entre la plage, la mer, les beaux monuments qui ornent l’avenue, et simplement la vie incarnée par les passants, à pied, en skate, en poussette ou en paddle.

Tristement mise en avant par les récents événements de juillet, la promenade s’est maintenant parée d’un mémorial impressionnant. Tout en se souvenant, elle n’a rien perdu de sa splendeur.

promanglais promanglais2 promanglais3 promanglais-memorial

  • La vieille ville

Des petites ruelles, de nombreux restaurants, une pincée de folklore, le marché du cours Saleya et des boutiques en tout genre pour nous mettre en appétit : le Vieux-Nice a tout pour plaire ! Je m’amuse à me perdre dans l’étroitesse de ces ruelles, guidée par les odeurs des échoppes d’épices, de charcuterie ou de savon.

L’endroit, idéal si l’on cherche des souvenirs, est animé à toute heure du jour et de la nuit !

vieuxnice-epices vieuxnice-portefausse vieuxnice-rue

  • La colline du Château

Direction le parc de la colline du Château, juste à côté de la vieille ville. Je grimpe, je grimpe, à travers une végétation luxuriante. En chemin, une cascade semble nous appeler, puis nous nous perdons encore un peu dans les dernières montées. Le véritable spectacle est en haut : une vue imprenable sur Nice et la baie des Anges, à contempler sans modération.

collineduchateau-cascade collineduchateauversvieuxnice collineduchateau-vue3

  • Hors du centre

Pour le petit côté « insolite », j’ai fait une petite halte à la cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Nice. Somptueuse, elle constitue le plus important édifice de ce type en dehors de la Russie.

Pour un moment relaxant, le jardin du monastère de Cimiez est une étape toute trouvée ! Magnifiquement entretenu et situé sur les hauteurs de Nice, le jardin respire la sérénité. Juste à côté se trouvent les arènes de Cimiez et le jardin du même nom qui est une grande oliveraie.

Bien sûr, en un week-end on ne peut pas tout voir et Nice regorge de nombreux autres attraits, en particulier la ville affiche une vie culturelle intense et de nombreux musées.

cathedralerusse monastere

 

SAINT-PAUL-DE-VENCE

La Côte d’Azur est aussi surprenante à travers ses nombreux petits villages. Nous avons choisi de visiter Saint-Paul-de-Vence, à une quarantaine de minutes de Nice, avant de rentrer à Aix.

Ceinturé de remparts, le village, bondé de ruelles pavées, d’escaliers tortueux et de magnifiques arches en pierre, invite à voyager vers le Moyen-Âge. Mais Saint-Paul-de-Vence est bien ancré dans la modernité, comme le rappelle l’art omniprésent, dans les galeries comme à l’extérieur. En dehors des fortifications, la vue vaut également le détour !

saintpaul saintpaul2 saintpaul7 saintpaul8

Ça flaneL'antre du photographe

Nos premiers pas à Avignon à la nuit tombée

dsc_2215

Avec Nico le photographe du blog, nous voilà partis au hasard dans une ville de Provence. Bienvenue dans la collection des « Premiers Pas ». Quelles sensations nous submergent en arrivant dans un nouveau lieu ? Pour les pixels, c’est Nico, pour les mots c’est Greg.

Il flotte une ambiance un brin surréaliste dans les ruelles avignonnaises au détour du soir. Le mistral apporte cette pureté au ciel crépusculaire, les contours du Palais des Papes semblent sortir tout droit d’un roman médiéval, la nuit tombe et le temps se fige. Givrés par la beauté des lieux, des rares passants déambulent face à ce colosse de pierre, encore absorbés par les derniers repas du réveillon. 

dsc_2173 dsc_2175

17h37. Venir pour la première fois à Avignon après les fêtes, à la nuit tombée, c’est revivre un soupçon d’histoire sans l’effervescence des touristes. C’est s’imprégner des couleurs, ressentir le poids des monuments qui s’effacent petit à petit en silhouettes. Intemporelles, surréalistes et mystiques. 

dsc_2178 dsc_2192

dsc_2197

17h54. Des ombres du passé naissent les premières lueurs. En nous dirigeant petit à petit vers la Place de l’Horloge et la Mairie, les réverbères rentrent en scène. Les lumières des entre deux années s’en donnent à coeur joie. L’euphorie de noël est passée, on se relâche, on respire à plein poumons avec le regard. Les yeux tombant sur ces lucioles de la main de l’homme qui parent les édifices.

dsc_2201

dsc_2211 dsc_2213 dsc_2215

L’or. Partout dans les émotions. Le coeur d’or des chevaux qui tournent dans le carrousel, les guirlandes dorées qui cavalcadent sur les platanes dévêtus. On se sent un peu dans un autre monde en arrivant devant ces sapins de lumière. Un petit parfum de nostalgie s’empare de nous à ce moment là précis. Les mots doivent cesser. Place aux photos pour la suite de l’escapade. Je rends les armes des phrases pour laisser place à la magie des images. 

dsc_2231

dsc_2230 dsc_2226

dsc_0012 dsc_0014 dsc_2169 dsc_2242

Ça flane

Un soir magique, à 20h42, sur Aix à l’approche de noël

imag2314

A m’asseoir sur un banc près de Mirabeau

Noël s’invite dans le Cours du soir bien assez tôt,

Des cœurs d’or aux cardeurs

Chacun retrouve la magie et un lointain bonheur

Triangles de bois, ballets de chalets,

Gourmandises, s’exhalent les fumets

Les fontaines se givrent de plaisir

Des yeux, de guirlandes, nous nourrir.

Au fond de 2016, une éphémère insouciance

Perle les ruelles, drape les cigales endormies en transe.

Boutiques aux éclats de couleurs vives

Fières allures, les cadeaux sont sur le qui vive.

Des caroussels d’antan de vin chaud, embrumés

Aux santons qui rêvent de navettes à la fleur d’oranger,

Des prêcheurs qui sentent le sapin,

A la Rotonde parée d’une lumière jasmin,

Chaque coin d’Aix s’aventure

Des bars chaleureux aux souriantes devantures,

Dans un noël à la plus belle investiture.

Ça flane

Mon premier noël sur Aix ou comment tomber nez à nez avec des santons

imag2315

Sophie, notre blogueuse originaire des Hauts de France va fêter son premier noël au solei… enfin dans le coin quoi. Et le décor l’enchante déjà ! Quelques petits détails vont même jusqu’à la surprendre. 

Pour prolonger les belles devantures présentées par Baptiste dans son défi, voici quelques photos pour vous immerger dans la magie de mon tout premier Noël version aixoise, de nuit cette fois-ci.

imag2311 imag2312

Après un bon moment passé sur le Cours paré de ses plus beaux habits, je contourne la Rotonde et me retrouve sur la foire aux santons, une grande première pour moi. Je découvre le mot en même temps que cette jolie tradition provençale. Je m’oriente ensuite vers les rues du centre-ville. Entre les décorations de la ville et les devantures brillantes, je vois ces rues sous un nouvel œil et les boutiques les mieux décorées sont des invitations à vite rentrer chercher des cadeaux pour mes proches !

imag2313 imag2314 imag2316

Pour les petits comme les grands enfants, ne manquez pas l’irrésistible boîte aux lettres géante : glissez votre précieuse liste de cadeaux pour Noël, et votre courrier sera envoyé directement au Père Noël, accompagné d’une douce musique ! Adresse pour s’adresser au Père Noël : place de Verdun !

Ça flaneRue du miam

Les aixois, amis du chocolat, voilà qui vous régalera !

fullsizerender-4

Ils vous donnent envie ces chocolats? Eh bien je vous le dis les amis, « c’est moi qui l’a fait »!!
Comme quoi tout arrive, on peut aussi faire du travail de {presque}pro de la pâtisserie alors qu’on a que 5 min d’expérience… Récit d’un après-midi passé au labo de René Vitellaro.

Il y a près d’un mois je vous faisais rencontrer René (oui, oui ça y est on s’appelle par nos prénoms maintenant, parce que le sérieux et le travail oui, mais dans la convivialité: ce sont les maître-mots de l’asso AFPMP. Et j’ai eu la chance avec 3 autres gourmands, de participer au dernier stage de la « saga chocolat ».
René nous accueille donc à l’Oustau de Saint Marc, dans le restaurant de l’un de ses amis. Pour nous mettre l’eau à la bouche, il nous fait déguster quelques unes de ses créations… Mmmmh c’est déjà un régal… Aucun de nous ne sait vraiment travailler le chocolat. Allez hop on embarque pour le voyage des sens!

fullsizerender-15On pénètre dans le labo, et déjà des bols remplis de chocolat bien brillant nous attendent. On revêt les beaux tabliers bien blancs de René (ils ne vont le rester longtemps…), on remonte nos manches et on ouvre grand nos oreilles et nos yeux. Première chose: on apprend à « dompter » le chocolat, le noir, le au lait, on apprend à les tempérer, à « corner » un plat, à se servir d’une maryse, et on essaie de ne pas avoir les doigts pleins de chocolat (difficult, difficult, difficult….).
fullsizerender-19

Nous sommes fin prêts à mettre la main à la pâte (de cacao)! Ça y est, après la démonstration l’action, à nous les mouvements de poignets, les coulages, moulages, séchages et obturages. On se prend pour des maçons lorsqu’on refroidit le chocolat sur des plaques de marbre avec des palettes d’enduit… Ça paraît tellement simple, René nous guide, nous donne des astuces, toujours dans la bonne humeur et le partage. Les premiers chocolats prennent forme: les bonbons pralinés sont au repos.

fullsizerender-17

Et puis viens le temps des orangettes. Oui, vous savez ces petites sucreries que l’on retrouve dans les boutiques de chocolat quand Noël approche. Ce sont en fait des écorces d’oranges confites et sucrées, nappées de chocolat. Au goût, l’amertume de l’orange est contrée par les cristaux de sucre et le chocolat… on en bave déjà! Chacun y va de sa petite « fourchette » pour tremper les écorces d’orange, on tape trois fois sur le rebord du bol pour enlever le surplus de chocolat, on dépose délicatement sur le papier sulfurisé, et on saupoudre de noisettes concassées: nos yeux pétilles de gourmandise.

fullsizerender-12Dernière étape et surprise du Chef: que seraient les fêtes de fin d’années sans les délicieuses pâtes de fruit? Eh bien, rien du tout, et René va alors nous révéler ses bottes secrètes. En 5 minutes tout est prêt: la pulpe de fruit, le sucre, la pectine, le glucose arrivent à ébullition. On coule le mélange dans un cadre et le tout est déposé dehors, au froid, 15 minutes plus tard c’est pris, on découpe, on saupoudre de sucre cristal et le tour est joué.

Nos ballotins sont fin prêts et notre après-midi pâtisserie touche à sa fin. C’est le moment de déguster (non pas tout hein!) nos créations…. On fond littéralement: c’est beau et c’est bon! On repart avec nos certificat de formation en chocolat, nos sucreries, nos recettes et des images plein la tête.fullsizerender-16

Un immense merci à René pour ce moment de partage, de bonne humeur et de découverte de ton univers, on s’est régalés et on reviendra!15203245_1506566852705128_5833169714477540794_n 15219533_1506566816038465_6738548123957449528_n-2

Pssst, ça vous a plu? Vous avez envie d’essayer? Ça tombe bien René et Marie Vitellaro vous proposent deux autres stages en décembre. Cette fois-ci partez à la découverte de la confection de l’incontournable gâteau du 24 décembre: la bûche de Noël, les 10 et 17 décembre 2016, toutes les infos ici.

On retient pour plus d’infos:
Les Stages Bûches de Noël: les 10 et 17 décembre de 14h à 18h, à partir de 15 ans et au tarif de 40€ par personne.
Le site de René:  Cours de Pâtisserie.net
Le FB de René: René Vitellaro Chef Pâtissier
Le mail de René: rene.vitellaro@gmail.com

fullsizerender-6 fullsizerender-3

Ça flane

Mon coup de cœur : les Baux de Provence et les Carrières de Lumières

baux2

Sophie notre globetrotteuse aixoise a débarqué dans la région il y a 3 mois à peine. Petit à petit, elle goûte aux plaisirs provençaux au gré de ses pérégrinations. Elle vous amène aujourd’hui dans les Alpilles !

L’un des plus beaux villages de France porte bien son nom, tant en raison de sa belle homophonie que de sa toponymie : le nom de ce joyau perché nous vient du provençal « baus » signifiant « falaise ».

Après avoir grimpé quelques lacets, il est temps de garer la voiture pour se ressourcer entre les ruelles piétonnes des Baux-de-Provence et les magnifiques paysages rocheux des Alpilles. Incontournable, le village attire chaque année plus d’un million et demi de visiteurs !

baux1 baux4

baux4 baux6

Et si vous voulez passer un bon moment, je vous conseille de les suivre les yeux fermés, pour venir en prendre plein la vue. Au programme : des boutiques de souvenirs provençaux en tout genre, d’excellents restaurants, un Château médiéval, des expositions et les fameuses Carrières de Lumière !

Ancienne carrière fermée en 1935, elle reprend vie grâce à Jean Cocteau qui y tourne « Le Testament d’Orphée ». Peu à peu, la carrière devient le siège de spectacles audiovisuels uniques. Pour y accéder, il faut poursuivre la route après le village, et en ce moment on peut admirer le spectacle « Chagall, Songes d’une nuit d’été ».

baux5

Petit récit de ce moment inoubliable. Le noir de la carrière laisse rapidement place aux 100 vidéos projecteurs et à leurs animations surréalistes. Je me laisse transportée dans ce rêve éveillé qui s’étend sur 4000 m². Je passe les 40 minutes du spectacle scotchée, émerveillée par la vie et les couleurs jaillissant des œuvres de Chagall.  Du sol au plafond, elles se font et se défont, au rythme d’une bande-son extraordinaire. Le spectacle est la hauteur du lieu hors-norme que sont ces Carrières. Et comme beaucoup, je ne résiste pas à l’envie d’admirer une seconde fois ce spectacle, de nouveaux points de vue apparaissent, je me balade entre ces immenses toiles vivantes. Pour découvrir ou re-découvrir Chagall, pour apprécier la transformation réussie d’une ancienne carrière, pour faire aimer l’art à ceux qui s’ennuient dans les musées…je suis sûre que vous trouverez une bonne raison pour venir faire un tour ici et y emmener vos proches !

L’exposition est diffusée en alternance avec un spectacle de 8 minutes, « Au pays d’Alice, hommage à Lewis Carroll », qui nous plonge dans un univers fantastique et réveille notre âme d’enfant !

Infos pratiques :

Les Baux-de-Provence sont à 1h d’Aix-en-Provence

Les 2 spectacles sont diffusés jusqu’au 8 janvier

Tarif : 12€, réduit 10€, gratuit pour les moins de 7 ans.

onrec45

 

Ça flaneÇa testeLa mer à boire

L’Anticafé ou l’anticonformisme de la pause café

anticafeaix-43
Après avoir constaté en me levant ce matin que les américains se sont Trumpés d’urne lors des votes, autant vous dire que mon café avait un goût sacrement amer. Et rajouter du lait n’a rien changé quand j’ai vu le temps exécrable que j’allais devoir braver pour assister à un cours de trois heures sur le régime de sécurité sociale des intermittents du spectacle.

C’est à ce moment que j’aurais aimé me retrouver dans un monde parallèle, idéalement un salon cosy et chaleureux, à écouter des playlists de Bon Entendeur en buvant des boissons chaudes bien meilleures que mon café soluble goût « j’ai perdu foi en l’humanité ». L’Anticafé me vient à l’esprit.

Déco papier glacé  

L’Anticafé, c’est un peu une institution dans le grand monde du petit grain noir. Tout du moins chez les dénicheurs de bonnes adresses. Tout commence a Paname, où le concept atypique de l’Anticafé  s’installe dans la capitale (ils sont 4 là bas). Certainement blasé de la grisaille, le concept s’exporte au delà des murs parisiens pour poser ses valises dans la ville aux milles fontaines.

C’est au 27 rue Granet que s’installe ce nouveau venu, juste à côté de la place Richelme et de la place de la mairie. Avant de vous parler de son concept original, la première chose qui saute aux yeux, c’est le soin apporté à la décoration. Simple, épurée, cosy, et parfaitement dans le courant des intérieurs actuels. On verrait très bien ces photos sur papier glacé.

Pas le temps de niaiser ?!

On a aucun mal à s’imaginer savourer un délicieux café cappuccino ou un chocolat confortablement installé sur le canapé. Il est aussi possible de profiter de nombreux jeux de société si vous vous sentez plus d’humeur ludique. C’est aussi un lieu propice au travail (tout dépend le moment de la journée aussi, hein), portez une chemise à carreaux, des lunettes de vue rondes, un macbook, une barbe et vous vous fondrez parfaitement dans le décor. De quoi passer pour un vrai parisien. Ou un Aixois. Enfin y’a une différence ?

« À l’Anticafé vous payez seulement le temps passé, le reste est compris ». Voilà résumé en une phrase le curieux concept de lieu. En d’autres termes, vous pouvez vous restaurer sans vous soucier de la quantité ni du prix de la consommation puisqu’ici, seul le temps sera de l’argent. La carte, simple et efficace vous propose tous les classiques du genre, préparés sous vos yeux. Accompagnés de moultes gourmandises et pâtisseries.

Il est évidemment préférable de disposer de la carte membre qui vous donne de nombreux avantages comme des réductions automatiques et parfois très intéressantes, ou encore de prépayer des heures de présence. Sachez aussi que vous pouvez réserver jusqu’à tout l’espace disponible, que ce soit pour un événement, un travail de groupe, une réunion etc. Sachez que l’Anticafé accueille aussi beaucoup d’évènements à thème, de conférences/discussions où vous pourrez échanger et rencontrer tout un tas de nouvelles personnes!

Bien que les lieux soient forts agréables, d’autant plus quand on regarde, allonger sur le canapé avec une tasse chaude entre les mains, les gens passer dans la rue qui se gèlent les miches, le temps qu’on y passe coûte vite une certaine somme. Je recommande tout de même d’y faire un passage, ne serait-ce que pour tester le concept, ça vaut le coup !

onrec3