Rue des scènes

Cafés-théâtres, concerts…

Ça testeRue des scènes

Aix : 3 expos pour sortir de sous la couette !

imag2427

Sophie notre globe trotteuse chtie qui est tombée amoureuse d’Aix depuis la rentrée, a craqué pour des expos à explorer sur Aix en ces fêtes de fin d’année !

On ne peut plus le nier, on a bien ouvert la case 21 de notre calendrier de l’avent et on a bien gratté plusieurs fois notre pare-brise dans le noir, les mains gelées : l’hiver s’est installé pour de bon ! Heureusement, Noël est là pour faire de cette saison, pendant quelques instants au moins, un moment magique et attendu. A 3 jours de la date fatidique, on a enfin trouvé tous les cadeaux qui feront plaisir à nos proches (ou presque… courage aux retardataires pour le dernier gros rush dans les magasins !). Maintenant, on attend juste nos longs et bons repas de famille, et après le 25 décembre, on aurait presque envie de rester cloués dans notre canapé, sous un plaid, une tasse de thé à la main, et d’attendre que le froid hivernal passe. C’était sans compter la vie culturelle aixoise qui n’a pas prévu d’hiberner : voici 3 expositions qui vous donneront peut-être envie de quitter ce plaid !

imag2418 imag2424 imag2425

  • Plumes, plumes, plumes…

Où ? Musée du Palais de l’Archevêché (musée des Tapisseries), 28 place des Martyrs de la Résistance

Quand ? Jusqu’au 15 janvier, tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

A quel prix ? Gratuit pour les -25 ans, les étudiants, les chômeurs longue durée. Gratuit le 1er dimanche du mois. Tarif plein 3,5€.

Les plumes, avec leur palette de couleurs qui semble infinie et leur douce évocation de légèreté, ont bien des atouts pour nous attirer. « Plumes, plumes, plumes… » nous propose de découvrir les plumes sous un nouvel œil, et d’en explorer leurs différents usages. Je rencontre au rez-de-chaussée les plus beaux spécimens plumés de la collection du Muséum d’histoire naturelle, étonnée de la diversité des plumes et de leurs fonctions. Après un « entracte » des plus plaisants dans le bel escalier du Musée, je m’apprête à ré-apprivoiser la plume, du côté de l’homme cette fois-ci. Un large éventail de coiffes et masques amérindiens m’entraîne dans l’impressionnante fonction rituelle de la plume. Salle après salle, j’admire l’art, que ce soit à travers ces coiffes, les costumes ou encore les tableaux, qu’inspire la plume à diverses époques.

imag2431

En bref, je vous recommande cette exposition originale qui mêle science, histoire & art dans une mise en scène théâtrale : un moment poétique et coloré !

onrec35


Voici 2 autres expositions dans des styles différents qui sont sur ma todo list des vacances :

  • Paradis Blancs

Où ? La Gallery, 15 rue Van Loo

Quand ? Jusqu’au 10 avril, du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h

A quel prix ? Gratuit

Dans « sa » Gallery, le photographe Camille Moirenc nous emmène parcourir ses découvertes à travers ses voyages et ses rencontres. Des fragments de temps capturés qui se rassemblent autour du thème des Paradis Blancs.

Le site de l’artiste donne plus qu’envie d’aller y faire un tour : http://www.camille-moirenc.com/

paradisblancs

onrec35


  • Les enfants du graffiti

Où ? Hôtel de Gallifet, 52 rue Cardinale

Quand ? Jusqu’au 31 décembre, du mercredi au samedi de 12h à 18h

Un voyage dans le street art : les artistes majeurs comme la nouvelle génération ne devraient laisser personne indifférent par leur appropriation de l’espace urbain.

Le petit plus : l’Hôtel de Gallifet est également un salon de thé, de quoi vous réchauffer si vous cherchiez encore une excuse pour ne pas décoller de chez vous !

imag2411

icm375

Rue des scènes

Le spectacle autrement à Aix: le Bois de l’Aune

bois-aune-miniature-image491x330-crop

bois-de-laune-aixChez ICM on s’occupe de vous aux petits oignons vous le savez déjà, aujourd’hui la rédaction vous donne une nouvelle astuce pour vos « sorties/bons plans » et en plus pas cher, non mieux… GRATUIT! Allez on file tous au Théâtre du Bois de l’Aune!

Comment a-t-on découvert ça? Eh bien en fait tout à fait par hasard! Au cours d’une conversation, on me dit « Ah tiens, au fait, vendredi je vais au théâtre, tu veux venir? ». Moi toujours pleine de curiosité: « Bah oui, à fond, où, quand, quoi, comment » et surtout parce qu’on est à Aix… « combien? ». Croyez-moi ou non (mais bon je vous le dit et en plus je vais vous mettre pleins de petits liens pour vous le prouver 😉 ), toutes mes questions ont été suivies de réponses parfaitement adaptées à mon porte monnaie, à mon agenda surbooké et à ma curiosité jamais rassasiée!

Du coup en l’espace d’un mois je suis allée voir trois représentations théâtrales, toutes plus déjantées et décalées les unes que les autres! On y parle de tout: de rêve, d’envie, de la société, de l’importance d’où l’on vient, de la construction de notre civilisation, de ses dérives, de la mort… bref de nous quoi! Sur fond de comédie, d’humour ou de dérision, on aborde des sujets qui nous parlent à tous et qui font notre quotidien: ce théâtre nous donne à voir et à réfléchir.

Voilà ce que je suis allée voir, lisez plutôt:
Le Perroquet et la Soucoupe, le 18 novembre: « Didier fabrique un engin spatial dans son jardin pour s’en aller bientôt, Corinne conserve son perroquet mort pour être enterrée avec lui, et c’est leur histoire. »

la-soucoupe-et-le-perroquet-paul-pascot

01-lasoucoupeetleperroquetcolivierquero

Blanc, Rouge, Noir: le relèvement de l’Occident, le 26 novembre: « La réalité fout le camp, nous sommes perdus entre le passé et l’avenir dans un présent permanent. L’histoire défile comme dans un film qu’on n’a pas le temps de suivre. Rien ne va plus (…)Il y a le grand prof, le petit teigneux, et la beauté divine. Ces trois-là nous emportent dans leur folie douce, refont le monde en trois couleurs et toute l’histoire de l’art, l’air de rien. Blanc comme la page à commencer, Rouge comme l’amour, et le Noir de fin. »
13evt074475_1_web
blanc_2_hd_c_koen_broos
noir_3_c_koen_broos
page_spectacle_blanc_rouge_noir4_300x340-3

30/40 Livingstone, le 9 décembre: « Il semble totalement déjanté cet homme de science, sportif loufoque et anthropologue, obsédé par la recherche d’un animal légendaire à cornes, ou à bois, une sorte de cerf on dirait bien, qui serait un peu lui-même. Le voilà, justement… On ne sait pas si nous sommes conviés à une conférence de savants fous ou bien si c’est un duo de clowns métaphysiques. Nous partons, en tous cas, à la découverte de soi-même en bonne compagnie, celle de Sergi López et David Climent, deux doux dingues, des pitres sans pareil, mais pas seulement. »

3040livingstone
99844772-e396-4858-bd69-a491d04a46d8
livingstone

Donc on récapitule de quoi s’agit-il?

Le Théâtre du Bois de l’Aune se trouve à Aix:
Bois de l’Aune – Jas de Bouffan – 1bis Place Victor Schoelcher – 13090 Aix-en-Provence.

On vous propose une programmation très diversifiée: théâtre, cirque, danse, musique, théâtre/cinéma,
Information supplémentaire qui a tout de même son importance: les représentations sont GRATUITES, oui oui, entrées libres! Par contre, il est nécessaire de réserver par téléphone ou par mail (on vous laisse toutes les infos en fin d’article). Tous les 1er de chaque mois, les réservations sont ouvertes pour les 3 mois suivants.

Et ce n’est pas tout, en ce moment retrouvez aussi une exposition appelée « Territoires en Mutation » réalisée par Phot’Aix et Fontaine Obscure, jusqu’au 16 décembre (ouverture du mardi au vendredi).
Il y a également des rendez-vous mensuels: des lectures en tout genre sont organisées un lundi par mois (rendez-vous les lundi à 12h30 et 15h pour les « Rebonds », toutes les dates sont ici)  et du cinéma pour les + 6ans  (rendez-vous en famille, les mercredi à 14h30 pour « Les Petites Bobines », toutes les dates sont ici)

Alors courez-y et donnez-nous votre avis! Nous on en raffole!

large_170730boisaune

INFOS/RESAS:

Réservations au téléphone du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h 
04 88 71 74 80 | boisdelaune@aixenprovence.fr

Site internet: théâtre du bois de l’aune

Deux parkings gratuits à proximité : parking du Patio et parking de la Place du marché du Jas de Bouffan.

Bois de l’Aune – Jas de Bouffan – 1bis Place Victor Schoelcher – 13090 Aix-en-Provence

Ça testeRue des scènes

Le Flibustier, un café théâtre aixois pour les aventuriers de la rigolade !

flib-retouche

Il y a quelques années, pour mon anniversaire, une copine me fait la surprise de m’emmener voir une de mes pièces préférées, intitulée « Même jour même heure ». Enfermée dans la voiture qu’elle conduit, je n’ai aucune idée du lieu où l’on va. Je reconnais vaguement Aix-en-Provence, que je connaissais peu à l’époque. Nous voici arrivées devant Le Flibustier, rue des Bretons. Il y a un peu de monde, l’ambiance est chaleureuse. Je nous sers des jus d’oranges, mis à disposition comme le café et l’eau. On entend les comédiens qui, derrière une porte, répètent une dernière fois. La porte s’ouvre, ça y est, c’est l’heure de descendre dans la salle.

Les pierres sont apparentes et la scène est toute petite, ce qui donne un charme fou à l’endroit. Environ cinquante sièges permettent de profiter du spectacle. Le Flibustier propose de nombreuses comédies typiques des café-théâtres : des couples inattendus, des personnages que tout oppose mais qui doivent cohabiter, des rencontres improbables… Les comédiens font  bien attention à garder l’interaction avec l’audience, en profitant de chaque son ou de chaque rire un peu étrange (c’est toujours drôle de se moquer du rire de quelqu’un… sauf si c’est le vôtre)

flib-affiches

Quelques unes des pièces à venir…

Je vous recommande d’aller voir toutes ces pièces entre amis, ça fait d’excellents souvenirs. Moi après avoir eu la surprise dont je vous ai parlé plus haut, j’ai traîné trois autres copines au Flibustier voir la même pièce, trois ans plus tard (oui, quand j’aime quelque chose, c’est pour la vie. Mais j’ai vu d’autres bonnes pièces aussi).

Et puisque les fêtes approchent, le Flibustier vous propose d’assister à deux spectacles le soir du 31 décembre (« Sous le sapin, les emmerdes » et « L’amour est dans le presque »). De quoi attendre la nouvelle année dans le rire, la bonne humeur et la convivialité !

 

En résumé :

onrec35

Ça testeRue des scènes

J’ai testé les Apéro Impro à Aix : du rire et de la boisson !

3g1kbde

Mardi. Comme d’habitude je retrouve ma troupe d’improvisation théâtrale. Après avoir bu de nombreux coups ensemble, nous cherchons une nouvelle activité. Pourquoi ne pas aller voir les professionnels, ceux qui font de l’impro « comme des grands » ? Ça tombe bien, on est en début de mois, et tous les premiers jeudis du mois la LIPAIX propose ses Apéro Impro. Le concept ? Un spectacle d’impro pendant que vous prenez l’apéro (sans blague Nina… c’est dans le titre…).

Rendez-vous donc jeudi, 19h30, au Café Europia, avenue Robert Schumann. Comme nous sommes nombreux, nous nous installons en fond de salle. Sur la table, nous disposons de petits papiers sur lesquels nous devons inscrire les mots qui nous passent par la tête, pour qu’ils deviennent des thèmes. Personnellement, j’ai écrit « choucroute », parce que ce terme me fait rire (et le nom « Jean-Jacques Goldman » aussi me fait marrer. Il m’en faut peu, je sais…). Là, en théorie, il faut aller placer les petits papiers dans un chapeau. J’ai donc pris les thèmes de toute ma tablée, je me suis levée et… le spectacle a commencé, je n’ai pas eu le temps d’aller donner mes papiers (tant pis, pas de choucroute).

_apero

En général, il y a quatre comédiens et un animateur. Ils piochent un thème, qu’ils associent à une contrainte préétablie (par exemple « avec l’accent russe », ou « en mode comédie musicale »). Après trente secondes de préparation, pas une de plus, hop, en scène ! C’est parti pour deux ou trois minutes de grand n’importe quoi ! Les comédiens se mettent dans la peau de personnages aussi loufoques qu’inattendus et font travailler vos zygomatiques dans un rythme effréné. Les scénettes, plus drôles les unes que les autres, s’enchaînent avec fluidité.

Pendant les temps de préparation, l’animateur présente ses plus belles chorégraphies sur les musiques du moment. En définitive, je suis sortie du Café Europia en ayant mal aux joues, à force de rire, et aux mains, à force d’applaudir. Et à force d’avoir fait tourné les serviettes aussi (Vous ne comprenez pas la référence ? Allez voir mon précédent article ici)  Et, même quand on connaît les ficelles de cet art, voir un spectacle d’impro est très impressionnant. On se demande toujours comment les comédiens peuvent avoir autant d’idées en si peu de temps.

 

En résumé:

  • Tous les premiers jeudi du mois à 19h30, à l’Europia
  • Un vrai bon plan: un spectacle au prix d’une consommation !
  • Conseil: arrivez tôt pour avoir une bonne visibilité, surtout si vous êtes nombreux
  • N’attendez pas la dernière minute pour mettre vos thèmes dans le chapeau, sinon pas de choucroute !
  • Site: http://www.lipaix.com/

icm425

Ça surprendRue des scènes

La dernière création Preljocaj : un spectacle capilo !

prelojocaj-extraordinaire-aventure

Une journée banale se transforme en quelque chose de très excitant lorsque le Community Manager du Grand Théâtre de Provence vous écrit sur Messenger. Surprise ! « Nous avons la possibilité de vous faire gagner deux places pour la première de La Fresque ». Du coup, ni une ni deux, on en fait profiter nos lecteurs d’ICM. Retour sur une soirée-spectacle à contempler, littéralement, la dernière création d’Angelin Preljocaj.

Quand on arrive avenue Max Juvénal et que l’on traverse le passage piéton pour arriver dans la cour du GTP, déjà on a des papillons dans le ventre… On passe les portes, on pénètre dans le grand hall et là, la musique classique (je crois avoir reconnu Le Bourgeois Gentilhomme de Lully) nous plonge dans une nouvelle ambiance. Ca y est la scène se rapproche. Les gens se pressent. On récupère le livret que l’hôtesse nous tend aux portes de la salle et on file s’asseoir à notre place. Que le spectacle commence!

capture-decran-2016-09-21-a-22-40-08capture-decran-2016-09-21-a-22-40-24

Le rideau se lève mais on perçoit toujours un voile, comme une sorte de tissu de lin transparent tendu entre les spectateurs et la scène. En haut à gauche de ce voile apparaît, flottante et difficile à identifier, une forme projetée depuis la régie. Animal? Végétal? Fumée? Cette forme danse devant nos yeux: il pourrait s’agir d’une méduse ou bien de fils d’argent ou encore de cheveux d’ange? Cette ondulation rythme tout le spectacle, c’est elle qui nous fait passer du réel à l’irréel, puis qui nous fait confondre le rêve et la réalité.

Les premiers danseurs apparaissent, performent, puis disparaissent. On devine un tableau de cinq muses, les danseuses ne bougent pas, puis prennent vie. Les filles ont les cheveux lâchés, le plus souvent, et cela leur donne une classe folle. Le spectacle est tour à tour lent, dynamique, fougueux et mélancolique. Les danseurs sont souriants comme rarement lors de telles représentations, surtout pour une première. Leur précision et leur technique sont à tomber par terre. On a rarement vu une telle synchronisation lorsque 10 danseurs sont sur scène. Les lumières ondulent puis se fixent. La musique ralentit puis accélère et se fige. Le noir… et ça repart de plus belle. De grands cordages apparaissent, les danseuses y sont reliées par leur chignon. Les costumes sont tantôt simples, presque trop simples, puis insensés (les cheveux sont au rendez-vous…) et semblent sortir tout droit de dessins animés (fous rires garantis, presque difficiles à contrôler, le ton est donné). Puis re-noir, puis *vlan!*, blanc, puis fin.

Un tonnerre d’applaudissements rempli alors la salle, et les danseurs bien méritant, en redemandent. Angelin apparaît, salue plusieurs fois, puis disparaît discrètement. Ça y est on débarque de notre voyage, on a été transporté pendant près d’1h30 entre deux mondes: songe et réel.

On clique ici pour une petite vidéo en avant première 😀

En résumé: une création haute en grâce et en technique. Un vrai spectacle, des danseurs éblouissants! Merci Angelin, tu nous fait revivre les contes d’une manière inattendue (Blanche Neige en 2008, Les Nuits en 2013, La Fresque en 2016), et merci le GTP pour cette soirée!

 

 

Rue des scènes

La Fontaine d’Argent, le rendez-vous du rire

Fontaine d'argent

L’automne arrive par l’ouest, nous l’avons croisé tout à l’heure. Il est l’heure de préparer ses sorties de fin d’été avec Nina, friande des scènes et des planches. De quoi se mettre à l’abri et passer des moments atypiques lorsque les jours se font plus courts.

« Les théâtres qui ont les succès les plus durables sont ceux où les sièges sont les plus rapprochés » écrivait notre cher Marcel Pagnol (promis, la prochaine fois je citerai du Patrick Sébastien). C’est peut-être ce qui justifie le succès de la Fontaine d’Argent, qui fête cette année ses 40 ans. Cette salle, située dans la rue éponyme à l’est du Cours Mirabeau, accueille un peu plus de 70 personnes dans une ambiance familiale. Après être passée par l’accueil, qui fait office de billetterie et de bistrot, je descends dans la salle proprement dite, aux allures de cave à vin. La pierre apparente et l’étroitesse de la pièce donnent à ce lieu un charme fou.

img_4521-1024x683

Qu’importe le siège sur lequel vous vous asseyez, vous y verrez toujours bien. J’apprécie particulièrement les quelques places côté jardin, perpendiculaires à la scène. Certes, on voit les artistes de profil (mais ne vous inquiétez pas, ils font en sorte de tourner les yeux vers vous régulièrement. Et de faire des blagues sur votre position particulière. Finalement, vous vous faites carrément remarquer), mais on peut entendre le moindre souffle, la moindre vocalise provenant des coulisses. J’aime cette impression de vivre le spectacle pleinement, à la fois devant et derrière le rideau. De plus, le micro n’est que rarement utilisé; la plupart des représentations se font en voix directe et authentique.

Car la Fontaine d’Argent offre une véritable proximité, à la fois géographique et humaine, entre l’artiste et son public. Certains comédiens viennent pour débuter leur carrière et faire leurs armes. D’autres noms, qui connaissent déjà une notoriété certaine, viennent pour « roder » leur spectacle, c’est-à-dire l’écrire et le tester sous nos yeux. Si, comme moi, vous êtes adeptes de Rire & Chansons, de feu On n’demande qu’à en rire ou du Festival d’Avignon, ces noms vous parleront forcément : Shirley Souagnon et Adrien Arnaux, Laura Laune, Isabeau de R, Constance, Sir John, Guillaume Bats, Monsieur Fraize… Je peux me vanter d’avoir vu naître certaines blagues sous mes yeux ! De même, j’ai pu voir des morceaux de spectacle qui n’ont et ne seront jamais joués ailleurs (si vous avez un jour l’occasion de voir Baptiste Lecaplain improviser, courrez-y). D’autres créations originales et pièces de boulevard viennent compléter la programmation.

final

Ce lien entre l’artiste et le public est d’autant plus perceptible qu’il est facile d’attendre à la sortie pour demander photos et autographes, voire échanger quelques mots (avoir simplement pu dire un « bravo » tremblotant à Eddie Izzard, que je ne pensais jamais voir de ma vie, est l’un de mes meilleurs souvenirs).

 

En résumé:

  • Tarifs: entre 10 et 30 € selon le spectacle
  • Bistrot: Cuisine authentique pour 22€
  • N’hésitez pas à fouler les planches vous aussi grâce aux nombreux stages proposés
  • Site: https://www.lafontainedargent.com/

onrec4