Ça flane

L’Aix qui bouge #2 : un pas en avant, un pas en arrière… La Marche des Rois !

Marche des Rois 2018Toutes les générations sont représentées dans la parade de la Marche des Rois

14h15. Je remonte le Cours Mirabeau à toute vitesse. Les aurais-je ratés ? Encore ?

Le temps est morose, les passants qui déambulent aussi. Je m’attendais à plus de foule, pour ce premier week-end des soldes. Bah, peu importe. Où sont-ils ? Place des Prêcheurs, puis rue Thiers, puis rue Tournefort, Cours Mirabeau, rue Paul Doumer, rue Espariat, rue Aude, rue Maréchal Foch, Hôtel de Ville et enfin rue Gaston de Saporta, jusqu’à la cathédrale Saint Sauveur, pour la célébration, à 16 heures. Où, sur cet itinéraire, peuvent ils bien être ? Encore à la place des Prêcheurs ? Le départ était pourtant prévu pour 14 heures ? Dans la rue Espariat ? A la place de la mairie ? Non, pas déjà. Par où les chercher ?

Alors que je songe que c’est peine perdue et qu’il vaudrait mieux que je rebrousse chemin, je note que des personnes âgées et quelques familles sont assises sur les bancs qui bordent le Cours Mirabeau. Elles semblent dans l’attente. Oui, peut-être…

Il n’y a pas de petits cacas sur  la route aussi, me note t-on à l’oreille. S’ils étaient passés, on en verrait les traces. C’est que ca doit être bon.

C’est vrai. Ouf. Cette année, je ne les ai pas ratés.

Qui ça ? Je ne vous l’ai pas dit ? Mais les rois mages et leur cortège, bien sûr ! Nous sommes le dimanche 14 janvier 2018, soit le deuxième dimanche de l’année. Et, fidèle à sa tradition, comme chaque année, Aix accueille sa « Marche des Rois ».

La Marche des Rois descend le Cours Mirabeau
La Marche des Rois descend le Cours Mirabeau

La Marche des Rois, kézako ?

La Marche des rois c’est une parade organisée par l’association Histoire d’Aix et de Provence et reconstituant le cortège formé autour des Rois Mages. Cette parade entre dans le cadre des manifestations de Noël en Provence aussi nommées « les fêtes calendales ». Elle a lieu chaque année le deuxième dimanche de janvier, une semaine après les festivités de l’Épiphanie.

Cette année, la Marche des Rois est maintenue... sous bonne garde
Cette année, la Marche des Rois est maintenue… sous bonne garde

Une quinzaine d’organismes divers travaillent de concert pour produire l’événement. L’Académie du Tambourin, les Grandes Orgues, l’Harmonie Municipale d’Aix en Provence et les Petits Chanteurs d’Aix pour le bonheur de nos oreilles ; la Paroisse Saint Sauveur, les Calissons du Roy René, l’école et le Collège Saint-Sauveur, ainsi que Lei Farandoulaire Sestian, Li Balaire Dou Rèi Reinié, Lou Roudelet dei Mielo, Oulieulo Canto pour la reconstitution des traditions les plus provencales. Le Cirque Anthony, le Berger Rolland Gautier et les Gardians de Crau sont aussi de la partie, joignant leurs animaux au cortège.

Les charmant animaux du Berger Rolland Gauthier
Les charmants animaux du Berger Rolland Gautier

 

Un peu d’histoire…

La Marche des Rois, comme son nom l’indique, représente la marche effectuée par les trois Rois Mages, Melchior, Gaspar et Balthazar. Selon la Bible, ces trois Rois furent guidés, depuis l’Orient, par l’étoile du Berger auprès du jeune Enfant-Jésus, né à Bethléem en Galilée. Mais dans la tradition provençale, l’Enfant-Jésus serait né… en Provence ! Ainsi, la Marche des Rois voit l’arrivée des Rois Mages, accompagnés de bergers, artisans et petits anges, en Provence. À cette occasion, les provencaux disposent dans leurs crèches les trois derniers petits santons.

Traditionnellement, le cortège arrive auprès de l’Enfant-Jésus le 6 janvier : c’est l’Épiphanie, et tous peuvent se rassembler auprès d’une galette pour tirer les Rois de la famille. Mais pas n’importe quelle galette : partout dans les étals de boulangerie et patisserie fleurissent des brioches colorées à souhait, véritables reconstitutions des couronnes des Rois Mages. Ces brioches sont nommées « Lou Reiaume », et sont le pendant provencal de la galette à la frangipane, dite « parisienne ».

En Provence, la Brioche des Rois se déguste jusqu’au début du mois de février, avant de laisser place aux crêpes. La Chandeleur, fêtée le 02.02, marque ainsi la fin des fêtes calendales.

 

Et le cru 2018 alors ?

Ma dernière Marche des rois remonte à 2014. Il ne m’en restait qu’un faible souvenir d’un moment mêlant traditions et convivialité. Cette année serait l’occasion de me rafraîchir la mémoire, et par le même temps de vous faire découvrir – à vous Aixois d’adoption comme moi – ou redécouvrir – pour les natifs de notre charmante ville – une coutume en place depuis une bonne vingtaine d’années.

Remontant le Cours Mirabeau d’un pas pressé, j’arrivai rapidement dans la rue Tournefort où une mélodie flûtée au lointain me rassura. La parade avait seulement démarré avec une demi-heure de retard. Je me précipitai dans la rue Thiers, et tombait – presque – nez à nez avec le porteur du premier étendart.

En ouverture de cortège, le porteur de l'étendard "Histoire d'Aix et de Provence"
En ouverture de cortège, le porteur de l’étendard « Histoire d’Aix et de Provence »
Toutes les générations sont représentées dans la parade de la Marche des Rois
Toutes les générations sont représentées dans la parade de la Marche des Rois

Les membres des diverses associations sont magnifiquement costumés. Parents, enfants et grands-parents se tiennent la main dans la parade, incarnant chacun un petit santon de la crèche provencale. Tous sont représentés, des anges aux artisans, en passant par les paysans et les bergers, bien évidemment accompagnés de leurs animaux. Quelques chèvres et brebis sont habilement guidées par une sublime vache et un chien de berger des plus vifs. En fin de cortège, immenses, un chameau et deux dromadaire forment une file. Les spectateurs laissent échapper des petits cris de surprise devant ces majestueux animaux. Une première pour certains Aixois, petits ou grands. Un  des dromadaires trépigne du pied, effrayé par la foule, peut-être, ou surpris par le froid. Je reste perplexe, partagée entre ma fascination pour cet animal que j’ai rarement vu d’aussi près, et attristée par son sort.

Le fier passage du berger et de ses bêtes
Le fier passage du berger et de ses bêtes
Le chameau et le dromadaire des Rois Mages, en fin de cortège
Le chameau et le dromadaire des Rois Mages, en fin de cortège

Je vous disais plus haut que lorsque je passais sur le Cours Mirabeau, le nombre de personnes semblant attendre le cortège pouvait se compter sur les doigts. Lorsque j’y retourne, accompagnant les Rois, leurs chameaux et dromadaires depuis la rue Thiers et la rue Tournefort, je reste ébahie. Le nombre de spectateurs se compte cette fois en centaines.

Les Rois et leurs suivants s'apprêtent à assister au spectacle conçu par les provençaux
Les Rois et leurs suivants s’apprêtent à assister au spectacle conçu par les provençaux

La parade fait une première halte devant la statue du Roi René. Les Rois, leurs montures et leurs proches serviteurs se placent en spectateurs devant la fontaines. Les autres – musiciens, danseurs, chanteurs – se placent sur le côté. Les artisans et les braves ânes attendent, dans un face à face avec les Rois. Un cercle se forme. Une petite représentation se prépare. Les gens poussent du coude, en quête de la meilleure place, de la meilleure photo. Agacée, je décide de prendre un peu de distance, et un peu de hauteur. Merci les bancs du Cours Mirabeau.

De l'autre côté, les ânes patientent gentiment... Au loin, la foule amassée pour voir et entendre le spectacle traditionnel
De l’autre côté, les ânes patientent gentiment… Au loin, la foule amassée pour voir et entendre le spectacle traditionnel

Malgré un public parfois irrespectueux, l’événement se veut chaleureux. Une dame costumée du cortège distribue un livret aux passants qui s’agglutinent sur les côtés des rues. Le livret contient les chants que les santons, redevenus vivants, vont interpréter tout au long de leur parade.

Les curieux reçoivent un livret de chanson...
Les curieux reçoivent un livret de chanson…
Membres du cortège et spectateurs se rejoignent pour chanter à l'unisson
Membres du cortège et spectateurs se rejoignent pour chanter à l’unisson

Pour ma part, je n’y connais strictement rien en Provençal. C’est tout au plus si je « baragouine » quelques mots de patois vendéen, ma terre d’origine. Et à l’université, j’ai choisi « Coréen » en option langue, même si, parait-il, on s’amusait bien en cours de Provençal. En bref, je me sens bien incapable de pousser la chansonnette. Mais je suis émue de voir, tout autour de moi, grand-pères et grand-mères guider leurs familles penchées sur les paroles inscrites dans le livret. Les bavardages s’estompent le temps pour chacun de communier sur une même chanson. Le moment est agréable et apporte un peu de soleil dans la grisaille dominicale. Je distingue le chant nommé La Marche des Rois, suivi de Lei Pastoureu. Puis, les tambourins et flutes se déplacent, laissant champ libre pour des danses traditionnelles virevoltantes.

Et c'est parti pour quelques danses, devant les yeux des spectateurs et du Roi René
Et c’est parti pour quelques danses, devant les yeux des spectateurs et du Roi René
Les flûtes et tambourins traditionnels se préparent...
Les flûtes et tambourins traditionnels se préparent…

M’étant finalement faufilée au plus près des membres du cortège, j’apprends, au gré des discussions, le sens de la danse des tambourins qui vient de se produire sous mes yeux. À la fois référence aux Gitans de Camargue participant au cortège des Rois Mages, elle est aussi un moyen utilisé par les Provençaux pour réveiller la terre. Bien que nous ne soyons qu’au début du mois de janvier, nous signalons à la terre l’approche du printemps, et la fin du sommeil hivernal.

Les coiffes traditionnelles provençales vues de plus près
Les coiffes traditionnelles provençales vues de plus près
Les Gitans de Camargue, fièrement et fidèlement représentés
Les Gitans de Camargue, fièrement et fidèlement représentés

Le cortège reprend son chemin, toujours guidé par les braves ânes, le long du Cours Mirabeau. Une autre halte est effectuée près de la fontaine des Neuf Canons, avant de poursuivre le voyage par la rue Paul Doumer. Surprise par la pluie, je quitte la Marche des Rois alors que le cortège entre seulement dans la rue Espariat. Mais je suis sereine. Je sais que, cette année encore, les petits santons déposeront leurs présents, et que les Rois Mages porteront l’or, l’encens et la myrrhe annonciateurs lors de la célébration de la Cathédrale Saint Sauveur.

La Marche se poursuit malgré les quelques gouttes de pluie qui commencent à perler
La Marche se poursuit malgré les quelques gouttes de pluie qui commencent à perler

Et pour la prochaine Marche des Rois…

Rendez-vous donc le dimanche 13 janvier 2019  !

 

Facebook Comments
Il Court Mirabeau