La mer à boireRue du miam

Mamma Carmela, un nouvel italien gourmand à Aix en Provence

2018 Mamma CarmelaAvec la limonata polara italienne... Dur de résister !

En janvier, malgré le froid, il faisait bon se balader… et qui dit balade, dit effort, et dit petit creux dans l’estomac. J’ai donc profité de ces nombreuses excursions (dont certaines vous ont été racontés dans les articles précédents) pour « pousser la porte », comme on dit, de petites adresses toutes plus originales que les autres. Un voyage à 360° dans le monde de la restauration « yummi », secrète et petit budget, aux quatre coins d’Aix, et qui fleurent bon les quatre coins du monde.

Première étape de notre voyage : l’Italie, et plus précisément une ville coincée entre volcan – il Vesuvio – et mer – il Mar Mediterraneo –, j’ai nommé… Naples !

Cuoppo Napoletano veggie - Mamma Carmela - Janvier 2018
Cuoppo Napoletano veggie – Mamma Carmela – Janvier 2018

Humain & Napolitain

Il y a trois mois, dans la rue Tournefort, celle qui prolonge le Cours Mirabeau, ouvrait Mamma Carmela. Une devanture noire sur laquelle resplendit un nom jaune vif, doublé d’un titre en italien : « cucina popolare italiana ». Le genre de devanture qui intrigue. Que peut-on bien y déguster ? Alors on entre, une fois, par un matin de promenade où l’on s’était arrêté acheter des BD à la librairie La Licorne. Et puis on ressort, deux heures plus tard, presque fatigués d’avoir trop parlé, l’estomac agréablement plein, des images d’Italie plein la tête, et le sourire déposé sur les joues.

Entrons sans plus attendre !
Entrons sans plus attendre !

Car Mamma Carmela c’est, d’abord, une rencontre. Avec Jen, patronne et cuisinière du restaurant. Son sourire et sa bonne humeur embaument la pièce presque autant que ses bons produits. Avant, Jen était directrice d’un centre de formation pour médecins. Un tout autre univers, pour une toute autre ville, et une tout autre vie. Un jour l’occasion se présente. Quitter Paris, changer de métier, retrouver la chaleur du Sud, faire un travail plus sanguin… en bref : renouer avec les racines. L’affaire est bouclée, et la famille descend sur Aix-en-Provence. Jen mûrit son projet. Et un peu plus d’un an après son retour sur les côtes méditérrannéennes, elle ouvre son restaurant. Félicitations Aix-en-Provence ! Tu le ne sais pas encore, mais ton dernier né promet d’être un succès.

Au cours des discussions, Jen oscille entre français et italien. Et pour cause : elle est elle-même napolitaine. Une origine dont on ne doutait pas tant elle se ressent dans sa cuisine : lorsque l’on s’attable au Mamma Carmela, on est immédiatement projeté autour d’une tablée familiale en plein cœur de Naples. Un pari réussi pour Jen, à qui il tenait à cœur de donner à chacun un aperçu des repas concoctés pour elle et ses cinq frères et sœurs par leur maman… Carmela. Un maman attentionnée, qui a toujours cuisiné napolitain et 100% fait maison. Une maman qui n’hésitait pas à cuisiner autre chose, à adapter un plat, si un des enfants n’aimait pas ce qui était préparé. Pour faire plaisir, et « donner le goût des bonnes choses », comme dirait l’autre.

La fierté de faire découvrir et transmettre une cuisine populaire et délicieuse
La fierté de faire découvrir et transmettre une cuisine populaire et délicieuse

Autant de caractéristiques que l’on retrouve totalement dans les plats que Jen dépose sous nos yeux frémissants de gourmandise. L’objectif de Jen ? Faire découvrir une cuisine italienne originale faite maison, accessible en prix. De la Street Food italienne en mode Casual Food à Aix-en-Provence ? Décidément, tout ce qu’on aime. Et puis, il faut dire que cela nous change des « pizze & pasta » ! Petit + (pas des moindres) : Mamma Carmela est végé-friendly ! Plusieurs plats de sa carte sont d’emblée végétariens, mais Jen l’assure : il ne faut pas hésiter à lui signaler, et elle adapte ses plats avec grand plaisir. Un investissement naturel pour celle qui cuisine depuis toujours pour ses amies végétariennes, un engagement que l’on ne peut que louer, tant il nous change des cartes qu’il faut éplucher pour trouver le seul petit plat végétarien relégué en bas à droite. Et puis, que c’est bon ! Ici, pas de salade avec quelques croûtons. Les végés sont véritablement gâtés.

 

Mais que mange t-on ?

Ah, mais c’est que nous en oublierons presque l’essentiel, dans tant de convivialité ! Au Mamma Carmela, on déguste une cuisine populaire, principalement composée de fritures artisanales de l’ensemble de l’Italie. Des fritures, vous-dites ? Oui ! Des arancini – boulette de riz arborio -, des croquettes de pâtes, des crocchè de pommes de terre… Le tout mélangé avec des fromages filants et goûteux à souhait, italiens évidemment.

Chaque jour, Jen propose également un plat chaud inédit – inévitablement accompagné de sa version végétarienne. Parfois, il s’agit de pizze au four, parfois d’aubergines à la provolone, parfois de lasagnes au bœuf / ragoût de tomates / ricotta & basilic frais… On ne sait pas pour vous, mais pour nous, rien que le nom nous ouvre l’appétit… alors que dire des photos que l’on peut suivre sur le Facebook du restaurant !

Avec la limonata polare italienne... Dur de résister !
Avec la limonata polare italienne… Dur de résister !

La dégustation est un délice. Les fritures sont à la fois fourrées et farcies, pour un ensemble de textures des plus agréables. C’est délicatement parfumé, dans un savoureux équilibre entre épicé, doux et fumé. Pour ma part, ce sera Crocchè di patate, une délicieuse « boulette », croquante et fondante, de pomme de terre et mozzarella panée. Ce sera, aussi, croquette de fines pates italiennes, panée à la chapelure de pain, crémeuse fromagère et parsemée de poireau encore croquant. La cuoppo napoletano est en outre agrémentée de légumes poêlés, courgettes et aubergines principalement. Des légumes qui sentent bon le soleil, l’ail et l’huile d’olive, et viennent parfaitement compléter notre assiette. En dessert, je prends sans hésiter un tiramisu au nocciola, une pâte à tartiner bio sans huile de palme. Une gourmandise qui met du baume au cœur tout en respectant la planète, doublet gagnant. Après mes questions et mon départ, dans l’après-midi, je vois sur les réseaux sociaux que Jen teste les arancini sucrés. Deux recettes : nocciola et pommes-speculoos. Une réussite si j’en crois les airs ravis sur les photos. De nouvelles fritures que je n’ai pas encore testées, mais cela ne saurait tarder : ces petites douceurs sont désormais à la carte !

Aussi beau que bon... Tant que l'assiette n'est pas terminée, cela donne envie d'être mangé !
Aussi beau que bon… Tant que l’assiette n’est pas terminée, cela donne envie d’être mangé !

Car, il faut se le dire, on repousse très vite la porte du Mamma Carmela. Que ce soit pour manger sur place ou emporter. Et sans s’en rendre compte, on devient un habitué. À chaque passage (ou presque), vous pourrez entendre parler italien dans un coin dans la pièce. Belle preuve, s’il en fallait encore, d’authenticité et de savoir-faire : la majorité des habitués sont d’origine italienne. Sans doute y retrouvent-ils avec joie des saveurs de leur enfance…

Et le projet ne s’arrête pas là ! Jen, et son compagnon qui la soutient et assiste dans l’aventure, comptent bien mettre Mamma Carmela sur les routes. Ainsi, un food truck devrait venir agrandir l’aventure… et permettre à de plus en plus de personnes de faire voyager leurs papilles en Italie. Mais pas d’inquiétude : l’adresse rue Tournefort sera toujours là pour vous régaler lors de vos sorties en centre-ville ! En plus, Jen ne compte pas s’arrêter là, et a déjà d’autres projets en cours, plus culinaires cette fois, comme les cornets de légumes panés frits… À découvrir prochainement !

Le "laboratoire", là où tout se teste, pour notre régal
Le « laboratoire », là où tout se teste, pour notre régal

 

Quand est-ce qu’on y va ?

Notez bien que Mamma Carmela est ouvert midi (11h30 – 15h) et soir (18h30 – 21h), du mardi midi au samedi soir, ainsi que le dimanche soir. Et notez également qu’il est possible de se faire livrer xes petits délices panés ! Pour cela, il faut passer via Food in, un service de livraison de qualité spécialement choisi par Jen pour rester en accord avec ses produits. Encore une fois, pas de panique : si vous ne vous souvenez plus de la carte, tout est repris sur la page Food in, des  fritures authentiques aux desserts, en passant par les boissons, majoritairement estampillées Italia par ailleurs. Et notez, enfin, que Mamma Carmela propose une réduction de 5% pour les étudiants… Plus de raison, donc, d’attendre pour découvrir cette charmante adresse, tenue par une charmante chef, et servant une charmante cuisine !

 

 

Ndlr : toutes les photos sont sans filtres… Pas besoin de booster les couleurs quand on a le Sud dans l’assiette !

Facebook Comments
Il Court Mirabeau
Leave a Comment