Coin des librairesNon classé

L’été des libraires: La sélection anglophone de Book In Bar

7B2E04C0-0707-4559-8135-F877E349F73F

L’été est enfin là, et si cet aphorisme échoue à banaliser la fournaise dans laquelle nous sommes plongés depuis quelques semaines (questionnant également la notion même de ‘printemps’) il annonce toutefois la merveilleuse saison des siestes ; et qu’est-ce qu’une sieste sans un livre ou deux (ou trois, ou seize) à portée de main, je vous le demande. D’ailleurs, les lecteurs les plus assidus savent qu’il est parfois difficile de choisir parmi le panel mis à notre disposition dans les librairies aixoises.

Celles-ci proposenE145C2BB-0F53-4A7A-8F7C-36328AC6D100t alors une sélection estivale que j’ai à cœur de vous révéler. Pour commencer, je me suis alors rendue dans la petite librairie internationale Book In Bar située au 4 rue Joseph Cabassol, qui propose également tout plein de délicieuses petites choses à boire et à manger. Contre toute attente, en dépit de la canicule qui sévit à l’extérieur la librairie était presque vide. J’ai été aimablement dirigée vers une petite table portant un écriteau « Nos coups de cœur pour l’été ». Avant d’entendre crier à l’opportunisme, il me fallait toutefois en choisir cinq suivant les conseils de la libraire ainsi que ma propre expérience à la lecture de certains extraits.

Je tiens à préciser que la table ne contenait que les versions originales des ouvrages, Book In Bar étant une librairie internationale. Pour les personnes souhaitant une version française de ceux-ci, je joins un lien permettant de se les procurer si toutefois elles existent. Voici donc la sélection de la sélection, la fameuse ‘sélection-ception’ :

Celui qui est bestseller

Mothering Sunday de Graham Swift (Le Dimanche des mères).

« Un roman d’apprentissage fulgurant, limpide et étincelant. » pour Télérama, « alive with sA8F3C127-05D4-4D51-BCBA-6B1F240ABF45ensuousness and sensuality » pour le Sunday Times dont l’ouvrage est bestseller.

L’action débute en 1924, en Angleterre. Jane est orpheline et rejoint son amant, Paul, avec qui elle entretient une relation platonique depuis sept ans et qui est sur le point d’épouser une autre jeune femme. Après le départ de celui-ci, Jane se retrouve seule dans une maison vide.

Ce qui attire dans ce livre c’est tout ce qui découle d’une aventure dissimulée et défendue, c’est Jane touchante et lumineuse au fur et à mesure que nous sommes projetés dans les années qui suivent cette journée qui s’avère déterminante pour Jane. Personnellement, j’aime particulièrement les romans d’apprentissage en ce qu’ils dépeignent un cheminement personnel suffisamment poussé pour encourager le lecteur à une reconsidération de sa propre personnalité, de ses propres volontés.

Cet ouvrage, comme les suivants, est disponible chez Book In Bar. Vous pouvez trouver la version française à la Librairie Goulard en précommande ici .

 

Celui qui apaise

Birds Art Life Death (a field guide to the Small and Significant) de Kyo Maclear.

Outre la première F44C9451-6B78-4B01-B20D-07BBAC16099Cde couverture minimaliste et relaxante, l’ouvrage est d’une délicatesse certaine. Ce récit autobiographique qui résulte d’une réflexion de l’auteure sur sa propre condition d’artiste, interroge la nécessité de se nourrir et se former de ses passions pour prendre de la hauteur et surpasser l’anxiété. En fait, il semble être le remède à cette sensation d’oppression que l’on ressent lorsqu’on vit en ville, lorsqu’on travaille beaucoup ou que notre cercle familial nous étouffe par exemple.

Pour ceux qui ont besoin de s’isoler l’espace d’un instant et de se recentrer sur eux-mêmes, de se vider l’esprit.

Je ne suis pas parvenue à trouver une version française de cet ouvrage, il est toutefois disponible chez Book In Bar.

 

Celui dont on attend le dénouement

This Must Be The Place de Maggie O’Farrell (Assez de bleu dans le ciel).

Un homme qui enquête sur la mort de son premier amour en pensant en être le responsable, son épouse ex-star de cinéma ayant organisé sa disparition pour fuir son quotidien, au premier abord 5C69C831-52AD-46AC-BCCC-2CA3F42626B0le roman présélectionné pour le Costa Novel Award semble soumis à une recette trop connue voire épuisée.

Cependant les aperçus des portraits des différents personnages, aussi bien la fantasque Claudette que son époux Daniel, captivent et révèlent une histoire bipolaire en ce que le récit oscille entre drame et tendresse. De plus, l’intrigue nous fait voyager en Amérique, en Angleterre, en France, en Irlande, mais aussi dans le temps, dans les souvenirs de Daniel.

Bien que ce ne soit pas le genre de livres que j’ai l’habitude d’aimer, je trouve l’écriture quasi cinématographique de l’auteure curieusement reposante, en rupture avec les péripéties du récit.

Ceux qui seraient attirés par l’histoire peuvent évidemment le trouver dans la librairie susmentionnée et en version française à la Librairie Goulard ou en précommande ici .

 

Celui qui avait une jolie couverture avec un petit chat

The Guest Cat de Takashi Hiraide (Le Chat qui venait du ciel).

Oui, il me faut beaucoup de courage pour confesser que c’est l’amour inconditionnel que je porte aux chats qui m’a attirée vers ce livre, dont la première de couverture laisse apparaître une toute petite tête mignonne de tout petit chaton (un peu comme une souris atteinte de toxoplasma). Pour revenir à notre sujet et en tou9C02BD39-9102-48DA-A60C-C7D0625EC56Cte objectivité, l’histoire est encore plus touchante que cet aperçu ; L’arrivée impromptue d’un chat dans un appartement tokyote vient révolutionner le quotidien d’un couple d’écrivains qui s’éloignent de jour en jour. Grâce à lui, les deux protagonistes commencent à poser un regard bien plus optimiste sur leur avenir, jusqu’à ce qu’un événement vienne remettre en question ce bonheur.

Le synopsis m’a réellement conquise, et dans les extraits feuilletés j’ai trouvé une ode aux sentiments, à la douceur et à l’innocence presque troublante. De plus, le style de l’écrivain japonais est à l’image de cette culture et fidèle à la lenteur qu’on retrouve dans la culture traditionnelle et particulièrement la littérature du Japon.

Bestseller en France, au Japon et aux Etats-Unis , cet ouvrage est disponible en français à la Librairie Goulard et en précommande ici

 

Celui qui est engagé

We Should All Be Feminists de Chimamanda Ngozi Adichie. (Nous sommes tous des féministes).

C’est un tout petit livre, un tout petit essai dont le titre parle de lui-même. Initialement, 99390B54-C9FD-473A-AACE-C8ADF6E9E2B1il s’agit d’un discours prononcé par l’auteure nigériane à l’occasion d’une conférence TED « ideas worth spreading » (les idées qui valent la peine d’être diffusées) en décembre 2012. Je n’ai d’autre moyen de vous donner envie de l’approcher qu’en vous en proposant un extrait.

«Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement.»

Malgré tout, Chimamanda Ngozi Adichie aborde la qestion du féminisme avec toute la lucidité et l’humour qu’on retrouve dans ses romans dont j’espère avoir l’occasion de vous parler.

Le discours est également disponible en français à la Librairie Goulard et en précommande ici

 

J’espère que certains d’entre vous dénicheront dans cette petite sélection le livre de leur été. Toutefois, je vous invite à vous rendre directement chez Book In Bar ne serait-ce que pour découvrir ce lieu digne d’un roman fantastique (et déguster du cheesecake si le cœur vous en dit). Vous y trouverez également des grands classiques de la littérature anglophone dans de très jolies éditions (notamment toute la collection Penguin Classics) mais aussi des manuels de langues, des journaux étrangers, de la littérature italienne, allemande, russe… Je pense même pouvoir m’avancer et dire que vous serez reçu et conseillé de la meilleure des façons.

J’espère pouvoir vous faire découvrir très prochainement la sélection estivale des autres librairies aixoises. En attendant, pour combattre la canicule je vous conseille de suivre ma posologie : buvez beaucoup et lisez tout autant.

A très vite.

Claire.

 

Facebook Comments
Claire La Litteraire
Claire La Litteraire
J'aime les quatrièmes de couverture, le plus-que-parfait, les asyndètes, les synecdoques, la "stylisation narquoise de l'existence" et les déterminants possessifs. Je suis la littéraire quoi.
Il Court Mirabeau
Leave a Comment