Ça flane

Mon retour à Aix… Ce qui m’avait le plus manqué

f

Fanny notre bulle d’énergie est de retour après une escale de quelques mois à Tunis ! Et comment dire ? Aix lui avait particulièrement manqué et voici pourquoi !

Apres un séjour de l’autre côté de la Méditerranée en terres berberes, je réalise que ma ville d’adoption de ces 5 dernières années m’a manqué. C’est toujours le même refrain. J’ai l’impression d’en avoir fait le tour mais je finis, malgré tout, par me sentir un brin nostalgique de ce microcosme provençal.

D’abord, les rues piétonnes qui rappellent les chemins pavés de la Rome antique. À côté, les taxis jaunes tunisiens font pâle figure et le bordel ambiant qui règne dans le centre ville de Tunis ne rivalise pas avec la quiétude du cours Mirabeau. Aix semble plongé dans une léthargie romantique qui donne lieu à des rêveries et autres introspections. Tunis, a l’inverse, ne laisse rien au hasard, les motos ou les chats, te prennent au dépourvu à chaque coin de rue. Ensuite, c’est bel et bien la bière en sortant des cours place des cardeurs qui arrive en deuxième position dans la liste des choses qui m’ont manqué.

Ce rendez vous traditionnel à l’happy hour est un incontournable de la vie étudiante aixoise. À Tunis, pas d’happy hour en terrasse mais une celtia (bière tunisienne) au cercle italien, repère d’intellectuels et de la jeunesse en ébullition. À cette liste s’ajoute Piacere et ses produits frais à déguster dans des piadina toujours plus raffinées et ce à des horaires très flexibles, adaptés aux pérégrinations étudiantes.

Il a notamment été salvateur les lendemains de cuites… Les piadinas ont donc été remplacées – à contre cœur- par des makloubs (sandwich typique tunisien que l’on peut agrémenter de dinde, escalope ou poulet). Le marché des fleurs, situé place de la mairie à Aix, m’a également manqué le mercredi matin sur le chemin du travail. Étals de bananes, fraises et melons faisaient office de bouquets de lys et d’hortensia. Enfin, c’est la moresque bien fraîche accompagnée d’olives du café de l’horloge qui me tarde de retrouver en terres aixoises. Même si, en termes d’olives la capitale tunisienne n’a rien à envier à la Provence !  »

Facebook Comments
Fanny la bulle d'énergie
Fanny la bulle d'énergie
Percutante, dynamique et curieuse, Fanny tentera chaque mois de vous dénicher des lieux improbables dans la douce ville aixoise. A 23 printemps, elle voue un culte au Hip Hop et adore se fondre dans des univers tout aussi éclectiques les uns que les autres. Cerise sur le calisson, Fanny évoque en nous de doux souvenirs pagnolesques.
Il Court Mirabeau
snap