Connect with us

Rue du miam

Nos calissons aixois sont uniques et le resteront

On l’a appris il y a quelques jours, notre losange gourmand en bouche, qui laisse éclater sur nos papilles des arômes de fruits confits et d’amandes, pourrait bien devenir en partie chinois. Un entrepreneur de l’Empire du Milieu a eu l’étrange idée de déposer la marque « Les Calissons d’Aix » en Asie. L’occasion de rappeler que notre confiserie que nous aimons partager doit selon nous rester ancrée dans notre jolie Provence. 

Une confiserie à l’origine délicieusement mystérieuse

Car l’histoire des calissons est truffée de légendes et de rebondissements. Remontons en septembre 1454 et posons nos yeux sur un magnifique mariage. Celui du Comte de Provence de l’époque, le Roi René d’Anjou et Jeanne de Laval. En coulisses, le confiseur de la cour s’affaire en coulisses sur une nouvelle création appelée « Di Cali Soun ». A la première bouchée, la nouvelle reine fond littéralement de plaisir face à cette délicieuse confiserie. La Cour du Roi René et sa pléiade de seigneuries venues de tous horizons (angevins, lorrains, italiens…) est l’endroit idéal pour faire connaître ce nouveau « dessert ». Au fil des siècles, entre l’essor des amandiers, la fin de la Peste et les calissons en récompense en fin de messe, puis les premières usines, le calisson a façonné l’histoire d’Aix et de sa région.

Et aujourd’hui, les calissons font le charme et le plaisir de toute une région. Qui n’a jamais offert à des amis venus de loin une petite boîte de douceurs ? Toutes les générations apprécient cette confiserie. Ces fabrications sucrées suivent des règles ancestrales et sont ancrées dans nos mémoires. Le calisson est unique. Provençal. Aixois. Pour tous. Mais bien de chez nous.

Written By

Most Popular

Canicule sur Aix la semaine prochaine : intensité, durée… on vous dit tout !

Actu

De nombreux incendies dans les Bouches du Rhône ce soir : point minute par minute

Actu

Pokawa, le restaurant hawaïen en vogue, ouvre ses portes à Aix…

Actu

Quand le Cours ne s’appelait pas encore Mirabeau

Jean Yves le Prof

Connect