ActuNon classé

Passion, échange et transmission: les trois qualités phares de l’entrepreneur selon Cyril Cohen-Solal

SALOME ICM

« Sneakers addict » et cofondateur de Maison Mère, Cyril Cohen-Solal est un entrepreneur marseillais authentique. Il a accepté de me rencontrer dans son temple du vintage et de la sneakers pour m’expliquer l’histoire derrière Maison Mère et sa vision de l’entrepreunariat. 

IMG_8664

Qu’est-ce que Maison Mère?

Maison Mère est le résultat de trois grands projets au sein desquels Driss Dendoune, Aubin Rouveyrol et moi œuvrons depuis quelques années. On réunit l’aspect textile avec la fripe et les sneakers avec le Sneakers Museum, mais aussi la partie événementielle qui se déroule tout au long de l’année. Maison Mère c’est un peu le quartier général de tout ça, implanté depuis un an au cœur de Marseille. C’est un projet assez novateur dans l’esprit: on a su apporter une différence par rapport au marché de la seconde main puisque nos pièces sont sélectionnées une par une, en général en très bon état, et ont plus de 20 ans. 

Pour le Sneakers Museum, les paires changent tous les deux mois environ. On en expose une bonne vingtaine sur les mille qu’on possède. 

Comment vous est venue cette idée?

Après avoir navigué de manière nomade sur beaucoup de salons depuis quelques années et après avoir rendu de manière éphémère le musée en 2016 et fait notre propre événement de sneakers la même année, on a souhaité réunir tous les organes et créer un espace fripe. Ça paraissait naturel pour nous trois. 

On est des purs entrepreneurs. On a eu l’opportunité de s’implanter à Marseille où c’est assez compliqué mais on a réussi à se différencier, notamment grâce aux différents voyages qu’on a effectués. On s’est pas mal inspiré du Japon, des Etats-Unis, de la Thaïlande etc.

Marseille est une ville où il y a beaucoup de potentiel. L’énergie qu’on a créée ici est encore nouvelle puisque ça ne fait qu’un an. Il faudra voir un peu plus tard. En général, pour une entreprise en France, il faut arriver à passer la barre des trois ans d’activité pour tirer des conclusions. 

IMG_8665

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait devenir entrepreneur?

Fais-toi un peu les dents sur autre chose avant de t’installer. Je pense qu’il faut avoir déjà une expérience dans le monde du travail. Ou alors il faut vraiment être porteur d’un projet novateur, ou avoir vraiment confiance en ce qu’on veut faire. Et surtout, il ne faut pas regarder ce qui se passe à droite et à gauche: quand on croit en son projet il faut y aller, en mesurant évidemment les risques. Mais, s’ils ne sont pas énormes, ça vaut le coup de se lancer. 

C’est important que le monde de l’entrepreunariat se renouvèle, et pour ça, il faut qu’il y ait des gens qui osent. 

Qu’est-ce qui te motive à venir travailler tous les matins?

Je suis un passionné: ce que je vends n’est pas qu’un article. La passion, l’échange, la transmission, c’est pas juste vendre un article avec un prix. 

Aujourd’hui, il y a un retour vers le commerce de proximité et les consommateurs ont besoin de sentir les produits, de parler avec les commerçants. Ils veulent visiter le commerce du coin, essayer, et plus forcément tout mettre dans leur panier sur internet.

Aubin, Cyril et Driss devant Maison Mère

25 rue de la République

13002 Marseille

Facebook

Instagram

Facebook Comments
Il Court Mirabeau