Connect with us

Ça surprend

Paul Cézanne, ce surprenant élève de la fac de droit !

Billet de Jean Yves Naudet, consultant et invité sur ICM. « Jean Yves le prof », c’est votre nouvelle chronique mensuelle qui met en lumière la jeunesse aixoise à travers l’histoire, car finalement, les époques changent mais les passerelles entre les générations demeurent intactes. Pour ce premier numéro, découvrez la vie étudiante de Paul Cézanne qui à l’époque, appréciait autant la Fac de Droit que ce qu’un téléspectateur d’Arte apprécie aujourd’hui Touche pas A Mon Poste…

La Faculté de droit d’Aix est célèbre pour avoir formé d’éminents juristes, de Portalis à René Cassin, mais aussi des personnages importants, comme le Président de la République Adolphe Thiers ou encore Frédéric Mistral, le chantre de la Provence et de la langue provençale. D’autres ont suivi des études de droit « à reculons » : c’est le cas de Paul Cézanne, qui a dû s’inscrire à la fac de droit en 1858 sur les injonctions de son père, chapelier puis banquier, et qui y passa quelques semestres !

Son ami, connu au collègue Bourbon (l’actuel collège Mignet), Emile Zola, lui conseilla de choisir entre la peinture et le droit et il lui écrit en 1860 : «Si j’étais à ta place, je voudrais avoir le mot, risquer le tout pour le tout, ne pas flotter vaguement entre deux avenirs si différents, l’atelier et le barreau. Je te plains, car tu dois souffrir de cette incertitude et ce serait pour moi un nouveau motif pour déchirer le voile ; une chose ou l’autre, sois véritablement avocat, ou bien soit véritablement artiste ; mais ne reste pas un être sans nom, portant une toge salie de peinture » (1). Cézanne n’a pas hésité longtemps, mais, avant d’abandonner la fac de droit, il a quand même passé (et réussi) quelques examens, comme il le raconte en 1859 à Zola :

Mon cher, si je suis tardif

A te donner en rime en if

Le résultat définitif

Sur l’examen rébarbatif

Dont le souci m’était très vif

Dès 1858, Cézanne écrit à son ami Zola un poème où il exprime son peu d’enthousiasme pour le droit :

Hélas, j’ai pris du Droit la route tortueuse.

– J’ai pris, n’est pas le mot, de prendre on m’a forcé !

Le Droit, l’horrible Droit d’ambages enlacé

Rendra pendant trois ans mon existence affreuse !

Et un peu plus loin, à propos de « ce misérable Droit »

O Droit, qui t’enfanta, quelle cervelle informe

Créa, pour mon malheur, le Digeste difforme ?

Et ce code incongru, que n’est-il demeuré

Durant un siècle encore dans la France ignoré ?

Quelle étrange fureur, quelle bêtise et quelle

Folie avait troublé la tremblante cervelle,

O piètre Justinien des Pandectes fauteur,

Et du Corpus juris impudent rédacteur ?

N’était-ce pas assez qu’Horace et que Virgile,

Que Tacite et Lucain, d’un texte difficile

Vinssent, durant huit ans, nous présenter l’horreur,

Sans t’ajouter à eux, causes de mon malheur !

S’il existe un enfer, et qu’une place y reste

Dieu du ciel, plongez-y le Gérant du Digeste !

En 1859, il n‘est pas plus passionné par le droit, et l’écrit encore à Zola :

Mon rêve évanoui, vient la réalité

Qui me trouve gisant, le cœur tout attristé,

Et je vois devant moi se dresser un fantôme

Horrible, monstrueux, c’est le DROIT qu’on le nomme.

Il est clair, même si les Aixois ne l’ont pas immédiatement compris, que Cézanne a bien fait de suivre les conseils de Zola et d’abandonner le droit pour la peinture. S’il se trouve encore quelques étudiants aixois qui ont choisi le droit sur injonction de leurs parents, peut-être découvriront-ils du bonheur dans cette discipline, il y en a de nombreux exemples ; mais s’ils réalisent que le droit n’est pas fait pour eux, qu’ils se disent que, si l’on peut parfaitement réussir dans le droit (merci Portalis), on peut aussi parfaitement réussir hors du droit (merci Cézanne) ! Et comme la Faculté de droit d’Aix n’est pas rancunière, elle a même choisi, pendant des années, d’appartenir à un établissement qui s’appelait…l’Université Paul Cézanne !

(1) Les extraits des lettres de Cézanne et Zola viennent de l’ouvrage de John Rewald, « Paul Cézanne- Correspondance » paru chez Grasset.

Papier mijoté par Jean-Yves Naudet, le prof aux 80 000 étudiants sur Aix en Provence !

Facebook Comments
Written By

Most Popular

Un projet d’un mini Disneyland à deux pas d’Aix en Provence !

Ça surprend

Comment gagner les dernières places pour l’Electroschock du Cours Mirabeau le 14 juin ?

Actu

Le Cours Mirabeau se transforme en dancefloor géant le 14 juin ! Découvrez les stars internationales attendues…

Actu

Spéciale 4 ans du blog : rétrospective des chasses au trésor.

Agenda

Connect