Non classé

Quand les caravanes du Salon du Vintage se posent à Aix

Salon Vintage 2018

Dimanche 29 avril. Comme je vous le disais, mio padre est en train de suer sang et eau dans la cyclo-sportive « La Provençale ». Et moi ? Le vélo en mode sportif, non merci. Une balade, je ne dirai pas non. Mais plus de 100 km à des vitesses avoisinant les 60km/h à la seule force des mollets, très peu pour moi : mon vélo ne me le permettrait pas ! Dans mon malheur (sic!) Aix m’offre encore la possibilité de me divertir. Et avec un événement auquel je n’ai jamais eu la chance de participer, et qui colle pile avec mes centres d’intérêts !

Retour en textes et en images sur ce Salon du Vintage !

Le Salon du Vintage existe depuis 10 ans. Auparavant uniquement localisé à Paris, il se déplace désormais en tournée. Une tournée en deux temps (février – avril & septembre – décembre), avec pas moins de dix stops dans des villes majeures de France (enfin 9… puisque le dixième est à Luxembourg).

Vous l’aurez compris, le Salon du Vintage c’est une sorte de supermarché du vintage. On y trouve de tout : mobilier, solex (bien qu’il s’agisse de créations récentes, qui n’ont de vintage que la marque), lunettes, accessoires, vinyles et, surtout, vêtements. Des vêtements à foison, en veux-tu en voilà, à profusion… Les expressions manquent pour désigner cette débauche de tissus qui s’étalent dans le sublime hall du Grand Théâtre de Provence. Qui, si j’en crois mon expérience, n’a jamais été aussi rempli. Certains vêtements sont de grandes marques (Levi’s, Chanel…) d’autres plus inconnus. Certains sont neufs (et hors de prix), d’autres sont de seconde main. Il y en a pour tous les goûts. Il y a même des créations artisanales de robes pin-ups, un tatoueur, une coiffeuse, et House&Cookies pour nous régaler le palais (avec des cookies au citron, et un carrot-cake à tomber par terre).

L’après-midi est usante : le hall est bondé d’exposants, bondés de visiteurs, il fait lourd, l’orage pointe son nez à l’extérieur. Les food trucks ne sont qu’au nombre de… 2. Autant dire que l’attente se fait sentir. Heureusement que les falafels de chez Tita sont bonnes. Dommage, cependant, que nous en soyons des habitués, presque à chaque passage au marché. Pour un tel salon, annoncé en grandes pompes, avec forces affiches collées en ville, on aurait aimé quelque chose de plus original, de plus inconnu. Pour calmer notre impatience, quelques beaux spécimens automobiles sont exposés. Rien de bien comparable aux machines de guerre vues lors de l’étape du Tour Auto Optic 2000. Ici, il s’agit de voitures collections. Mais elles sont belles. Elles font le job. Bon, allez, je suis mauvaise langue. J’avoue avoir bavé devant la mécanique. Et devant les étoffes, et vinyles et… un peu tout en fait. Néanmoins, il y avait comme un air de faux qui flottait dans l’air, et qui m’a profondément dérangée. Peut-être la forme du rassemblement ? On a quand même un peu la sensation que le tout est plus là pour absorber les sousous des passionnés, que pour nourrir leurs yeux.

Bilan : mitigé. Heureusement que mon flair infaillible m’a permis de dénicher une sublime jupe cacharel à 25 euros. Et que les sucreries ont su ravir mon palais. Notez, d’ailleurs, d’aller vous régaler à House&Cookies dès que possible. Concernant le Salon du Vintage, nombre de produits exposés sont sublimes, c’est indéniable. Regrettable cependant que le rassemblement ait un tel côté artificiel. Peut-être mieux une prochaine fois ?

 

Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018 Salon Vintage 2018

 

Facebook Comments
Il Court Mirabeau
Leave a Comment