Actu

Solid’Aix : des Aixois solidaires pour les sans-abris

JULIEN ICM (1)

Crée en octobre 2017 par deux étudiantes en master de négociation internationale et interculturelle à Aix, les souriantes Elizabeth et Ahlam, Solid’Aix est une association de fait qui organise des maraudes, le soir à Aix-en-Provence. Distribution de nourriture pour les sans-abris, création de lien social avec eux… Aujourd’hui, une quinzaine de bénévoles, principalement des étudiants, se relaient plusieurs soirs par semaine. Retour avec les co-présidentes sur cette première année de maraude.

Solid’Aix a 1 an aujourd’hui, comment vous est venue l’idée de l’association ?

Elizabeth : À la base c’est venu d’un projet universitaire d’Aix-Marseille : « 36h chrono ». Le but étant de s’enfermer dans l’hôtel de région pendant plusieurs heures et de ressortir en ayant monté un projet. Nous, on avait l’idée de créer quelque chose d’associatif pour les sans-abris. Il y en à beaucoup à Aix-en-Provence alors que la ville est petite et riche, il fallait agir.

Ahlam : J’avais déjà réalisé des maraudes à Toulon, qui m’avaient beaucoup plus. Après, le social c’était pas trop le truc à « 36 chrono ». On a donc gardé l’idée du projet dans un coin de nos têtes. Et puis, un professeur de notre master nous a informé qu’une boulangerie du centre ville donnait en grande quantité les invendus de la journée. C’est parti comme ça.

43788432_240924316773687_7506365169862180864_n

Et concrètement, comment s’organise les maraudes sur Aix-en-Provence ?

Elizabeth : On a une discussion Facebook sur laquelle les bénévoles se donnent rendez-vous. Normalement, on se retrouve les lundi, mercredi et dimanche soir à 19h50 devant la boulangerie partenaire du centre-ville. La salariée nous sort quatre à cinq sacs remplis de pains, viennoiseries, pizzas et sandwichs.

Ahlam : C’est impressionnant les quantités qui devraient finir à la poubelle. Il y a près de 25kg de nourriture. On récupère aussi des soupes et du riz à Planet Sushi.

Elizabeth : Une fois nos cabas remplis, on file vers les sans-abris du centre ville. Ils sont une vingtaine, de l’espace Forbin à la gare routière en passant par les allées provençales.

43758060_577056306097703_7326205271913529344_n

Vous êtes toujours bien accueillies ?

Elizabeth : En général oui. Après, l’alimentaire ce n’est pas forcément ce que recherchent le plus les sans-abris. En plus, notre offre est relative. Du pain, des sandwichs, c’est difficile à manger pour les SDF qui n’ont des fois plus de dents. Ils cherchent le plus souvent des vêtements chauds.

Ahlam : Du coup, notre principal objectif c’est de créer un lien social avec eux. De leur parler, de les écouter. À force, on les connaît tous. On les appelle par leur prénom, on connaît leur parcours.

43766874_1967049163595985_5370581605481971712_n

Quel est votre plus beau souvenir de votre année de maraude ?

Ahlam : Il y en a beaucoup. Mais je me rappellerai toujours de la fois où l’on a souhaité un joyeux anniversaire à une sans-abris. C’était le jour de ses 39 ans. D’habitude, c’est une femme souvent agressive. Après avoir passé 20 ans dans la rue, elle a développé comme une « carapace ».

Elizabeth : Et ce soir là, un lundi je m’en rappelle, on est arrivé en lui chantant une chanson avec un brownie, une bougie et un cadeau. Elle s’est mise à pleurer. Nous aussi d’ailleurs (rires).

Si vous voulez participer à cette aventure, Solid’Aix recherche des volontaires motivés et impliqués capable de s’engager pendant les maraudes mais également après, pour la communication. Pour ce faire, n’hésitez pas à envoyer un message aux deux pétillantes co-présidentes directement sur la page Facebook de l’association.

Facebook Comments
Il Court Mirabeau