Ça testeLa mer à boire

Un an d’Anticafé à Aix : l’interview

P1000576
Il y a quelques mois, Pierre Jean vous présentait cet OVNI qu’est l’Anticafé (ici). J’ai eu l’occasion d’interviewer Anita, l’une des fondatrices, pour faire le bilan de leur première année à Aix en Provence. Pour rappel, à l’Anticafé, vous ne payez pas ce que vous consommez mais le temps que vous passez entre les murs (5€ l’heure environ)

Le rendez-vous est fixé à 15 heures. J’entre et je suis accueillie par Anita et sa fille Mélanie. Je signale mon arrivée à Rémi, au comptoir, qui me donne la carte qui comptera le temps passé à l’Anticafé. A ma droite, 5 personnes sont en plein atelier linguistique : ils se font des devinettes en allemand. Je me sers un verre de sirop de pêche (j’aurai bu la moitié de la bouteille pendant l’heure que j’ai passé sur place), et nous montons dans la salle à l’étage, pour être plus au calme.

P1000557

Cela fait un an que vous être ouverts maintenant. Quel bilan faites-vous de cette première année ?

C’est vrai qu’il faut toujours attendre une année pour se rendre compte vraiment de l’activité à toutes les saisons, tous les publics qu’on a pu recevoir… Et là les indicateurs qu’on a sont quand même très enthousiasmants puisqu’on a fait exactement 2500 cartes membres, plus les gens qui viennent sans prendre de carte membre. Et puis on a dépassé les 3000 likes sur Facebook []. En termes de profils de clients, c’est un espace hybride, une espèce de Barpapapa qui se transforme en fonction des personnes qui viennent ici. Seules, en groupe, des étudiants, des free-lances, des coaches, des créateurs, des artistes, des associations, des entreprises…. On a aujourd’hui tout ce panel des publics, des clients, qui a commencé à connaître et s’approprier le lieu

Vous en avez beaucoup qui restent la journée par exemple ?

Oui on en a à certaines périodes. Clairement avant les partiels pour les révisions. On a eu des remarques adorables qui nous ont vraiment réjouies Mélanie et moi. On a une étudiante qui nous a photographié la page des remerciements en préambule de son mémoire de stage qui a dit « Remerciement à Anticafé pour m’avoir donné les bonnes conditions de travail pour réussir mon mémoire ».  Certains étudiants, peu mais c’est arrivé, ont pris le forfait au mois en disant « allez, je n’ai plus qu’un mois devant moi pour réviser mes examens, mes partiels, mes concours, du coup je mes toutes les chances de mon côté. Ils sont venus tous les jours comme ils voulaient et on a eu le temps de les connaître, de les encourager, de les chouchouter.

 

C’est vrai que ce qui marque à Anticafé, c’est cette sensation d’être à la maison. L’accueil est convivial, même familial. Un très bon plan, pour ceux qui n’arrivent pas à bien bosser chez eux : vous trouvez un endroit calme (selon les heures), vous pouvez passer la journée à travailler tout en ayant fait votre sortie quotidienne et en étant sorti d’un isolement total.  Cela nécessite un investissement, mais justement le fait de payer ne pourra que vous encourager à travailler efficacement (pour que la journée soit rentable).

P1000553

Avez- vous rencontré des difficultés, des imprévus durant cette année ?

La saisonnalité : Aix est une ville qui attire beaucoup mais c’est une ville qui se désertifie très vite en même temps. La météo aussi influence énormément. Dès qu’il pleut, on ne sort pas de chez soi. Moi qui vient de Lille ça me fait rire parce qu’il pleut souvent, t’es obligé de sortir. Et ici, dès qu’il y a un rayon de soleil, c’est terrasse, et pas « allez, on va venir travailler » en premier. Une très bonne surprise c’est le dimanche. Comme tout est fermé ce jour-là, on sait qu’Anticafé est ouvert et on adore l’ambiance du dimanche.

Vous proposez de nombreux ateliers, des discussions, vous êtes très présents sur les réseaux sociaux… C’est important pour vous de générer une communauté autour d’Anticafé ?

Une communauté très forte par le fait qu’Anticafé est un concept un peu bizarroïde. Il faut l’expliquer en permanence. Mais quand les gens comprennent de façon intuitive ce que représente ce lieu, ça créé un lien énorme. Donc c’est logique qu’il y ait beaucoup de jeunes parce qu’il y a une espèce d’évidence à être dans un mode d’ami, de trouver des étudiants comme soi qui travaillent aussi dur et c’est bien de trouver un lieu où venir bosser dans des bonnes conditions. Ça soude C’est un lieu social parce que c’est un lieu connecté, au sens technologique : il y a toute la connectique pour travailler (le wifi, on peut imprimer, scanner, skyper, faire des rétroprojections…). Mais ça permet aussi une connexion humaine parce que dès qu’on est là, on sent qu’il y a cet esprit communautaire. Sur les réseaux sociaux, on communique énormément parce que c’est naturel de retrouver les bons plans. On a le partage en réel et le partage sur internet.

Quels sont les futurs projets pour Anticafé ?

Ceux qu’on voudrait mieux toucher, ce sont les entreprises, pour la privatisation du lieu. Ce qu’on aimerait aussi c’est avoir plus de partenariats, notamment avec les écoles. On accueille énormément de porteurs de projets de création d’entreprise. Ce qu’on veut faire ici c’est aider chacun à avancer dans ses rêves et dans ses projets. Anticafé fait déjà partie de l’entreprise de demain parce qu’on vend du temps, ça n’existe pas. On est un exemple aussi pour les jeunes qui veulent créer leur entreprise.

P1000559

Ce qui ressort finalement de ma discussion avec Anita, ce sont des termes comme « partage », « échange », « communauté », qui sont les valeurs d’Anticafé. Leur envie d’accompagner les clients dans leur projet m’a aussi interpellée, car c’est assez unique comme ambition pour un café. Un rayonnage de bibliothèque est dédié à la création d’entreprise, qu’Anita et Mélanie souhaitent encourager.

Côté consommation (le nerf de ma guerre), j’ai enchaîné quelques verres de sirop de pêche et de citronnade, accompagnés de biscuits et de marbré. J’émets la même réserve que Pierre Jean, à savoir que le temps passé peut vite représenter un budget. Mais je recommande d’aller tester l’ambiance de l’Anticafé, vous serez conquis !

Infos pratiques

Facebook Comments
Nina La Théâtrale
Nina La Théâtrale
Les petits théâtres aixois font partie de mes terrains de jeu. Les coulisses, les planches et les rideaux sont 3 mots qui m'enivrent. Action !
Il Court Mirabeau

Comments are closed.