Ça y est. Petit oiseau aixois d’adoption durant ses études universitaires quitte le doux cocon qu’est Aix-en-Provence, et part à la découverte de nouveaux horizons. Précisément, de Bourg-en-Bresse. Fini les rivages méditerranéens aux doux effluves d’Italie. Place aux montagnes, et à l’air frais et calme venu de Suisse. Bah, ce n’est pas si mal ! En plus, à une heure de route, Lyon. Ce paradis des adeptes du végétarisme et du veganisme ! En perspective, la découverte de nombre de petites adresses toutes plus délicieuses les unes que les autres. Mais ne nous leurrons pas… Il y a des adresses aixoises qui vont indéfectiblement me manquer. En voici le top 5.

Maison Cangina

Ça y est. Petit oiseau aixois d’adoption durant ses études universitaires quitte le doux cocon qu’est Aix-en-Provence, et part à la découverte de nouveaux horizons. Précisément, de Bourg-en-Bresse. Fini les rivages méditerranéens aux doux effluves d’Italie. Place aux montagnes, et à l’air frais et calme venu de Suisse. Bah, ce n’est pas si mal ! En plus, à une heure de route, Lyon. Ce paradis des adeptes du végétarisme et du véganisme ! En perspective, la découverte de nombre de petites adresses toutes plus délicieuses les unes que les autres. Mais ne nous leurrons pas… Il y a des adresses aixoises qui vont indéfectiblement me manquer. En voici le top 5.

2/5 : la Boca Loca

Ça y est. Petit oiseau aixois d’adoption durant ses études universitaires quitte le doux cocon qu’est Aix-en-Provence, et part à la découverte de nouveaux horizons. Précisément, de Bourg-en-Bresse. Fini les rivages méditerranéens aux doux effluves d’Italie. Place aux montagnes, et à l’air frais et calme venu de Suisse. Bah, ce n’est pas si mal ! En plus, à une heure de route, Lyon. Ce paradis des adeptes du végétarisme et du véganisme ! En perspective, la découverte de nombre de petites adresses toutes plus délicieuses les unes que les autres. Mais ne nous leurrons pas… Il y a des adresses aixoises qui vont indéfectiblement me manquer. En voici le top 5.

1/5 : Izumi

Dimanche 29 avril. Comme je vous le disais, mio padre est en train de suer sang et eau dans la cyclo-sportive "La Provençale". Et moi ? Le vélo en mode sportif, non merci. Une balade, je ne dirai pas non. Mais plus de 100 km à des vitesses avoisinant les 60km/h à la seule force des mollets, très peu pour moi : mon vélo ne me le permettrait pas ! Dans mon malheur (sic!) Aix m'offre encore la possibilité de me divertir. Et avec un événement auquel je n'ai jamais eu la chance de participer, et qui colle pile avec mes centres d'intérêts !

Retour en textes et en images sur ce Salon du Vintage !

M’apercevant que j’ai désormais quitté les bancs de l’université depuis deux mois, j’ai été prise d’un vent de nostalgie. Je me suis donc rendue, en plein week-end, dans une petite adresse que mes camarades et moi-même fréquentions régulièrement entre deux cours de rédaction.

Le samedi était pluvieux, le ciel lourd, la fatigue bien présente… Parfait pour entamer notre troisième étape dans notre voyage en quête d’adresses secrètes : l’Angleterre.

Fin avril, mio padre est venu passer quatre jours sous les rayons Aixois. Et pour lui, les vacances ne riment pas avec farniente. Ce sera sport et belles mécaniques, et rien d’autre ! Heureusement, la belle ville d'Aix-en-Provence est venue à ma rescousse pour lui concocter un week-end des plus trépidants.

Au programme :

  • meilleure pizza de France ;

  • étape de course automobile ;

  • cyclo-touriste ;

  • cyclo-sportive.

Et me voilà de retour, pour jouer un mauvais tour, afin de préserver le monde de la dévastation, afin de rallier tous les peuples à notre nation, afin d’écraser l’amour et la vérité, afin d’étendre notre pouvoir jusque /

Quoi ? On me dit dans l’oreillette que nous n’allons pas parler de ce genre de poke bowls ? Que pour rencontrer les Poke Bowls dont il est question à Toasty, il nous faut, tel la Team Rocket, nous envoler vers d’autres cieux ?

Nous quittons donc l’île du Japon, pour rejoindre les plages de sable fin, le ciel et la mer bleu azur… Vous l’aurez reconnu : nous atterrissons à Hawaï.

Sur Aix, il est désormais tout à fait possible de se régaler tout en étant végétarien, tant de nombreuses adresses proposent des options végétariennes. Mais manger vegan, c’est une autre paire de manches. Je dirais même que c’est encore une gageure. Heureusement – et peut-être l’avez-vous déjà remarqué – une petite adresse a bourgeonné le printemps dernier. Un vent salvateur pour la communauté vegan aixoise, et un vent de fraicheur pour tous les afficionados de cuisine fraîche.

Deuxième étape de notre voyage : le monde vegan, et avec lui, de doux parfums d’Orient.

Lundi, j’ai eu la chance d’assister à la générale de Q, sulfureux spectacle mis en scène par Geoffrey Coppini et incarné par des étudiants de l’université AMU. À l’affiche au Théâtre Vitez jusqu’à la fin de la semaine, il vous entraînera dans les tréfonds d’un monde nocturne méconnu, souvent marginal, et fascinant. Une sublime entrée en scène pour les futurs acteurs des spectacles de demain.

Comme vous vous en doutez, une fois encore, cet article sera bien pauvre en illustrations. Une seule solution alors pour se faire une idée de Q : il faudra s’y rendre, oser pousser les portes, et vivre de soi-même. Mais en attendant, en voici un petit aperçu.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit sed.

Suivez nos réseaux