Connect with us

Jean Yves le Prof

Découvrez la toute première fac de l’histoire d’Aix ! Et vous allez être surpris…

Episode 1 : des origines jusqu’à Henri IV Saison 3, épisode 1 

Jean-Yves, le Prof 

AUJOURD’HUI L’UNIVERSITE EST PARTOUT DANS AIX 

Si la question « où est la Fac à Aix ? » est posée au présent, la réponse est complexe, et il n’est pas certain que tous les Aixois puissent y répondre complétement, car l’Université est dispersée un peu partout dans la ville et les Facultés sont nombreuses.

Bien sûr, il y a le campus principal, « Schuman », avec la Faculté de droit et de science politique, aux 3 et 5 de l’avenue Robert Schuman  (et aussi avenue Winston Churchill, face à la Fac), et la Faculté des lettres (Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines) au 29, maintenant réunifiées dans un campus unique, sans séparation entre les deux Facs. Tout le monde connait aussi l’IEP (Sciences Po), en face de la cathédrale, et, un peu plus bas, dans la rue Gaston de Saporta, l’IMPGT (Institut de management public et de gouvernance territoriale). Plus au sud de la ville, après le campus Schuman , dans l’avenue Gaston Berger, on trouve l’IUT et aussi la nouvelle bibliothèque de la Faculté des lettres (« BU des Fenouillères »), et, en face de la Faculté de droit, mais séparée par la voie ferrée, la Faculté d’économie et de gestion, 14 avenue Jules Ferry, qui occupe aussi un bâtiment de l’ancienne caserne Forbin (bâtiment Austerlitz, allée Claude Forbin). 

Il existe aussi le site de Montperrin, 6 avenue du Pigonnet, qui abrite les enseignements de la Faculté des sciences, ainsi que la première année de droit. A Puyricard, on trouve également l’IAE (Institut d’administration des entreprises) et, au cœur du Jas de Bouffan, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH, 5 rue Château de l’Horloge). N’oublions pas l’Ecole supérieure du professorat et de l’enseignement, avenue Jules Isaac, sans compter quelques éléments, comme l’Institut supérieur du travail, Traverse Saint-Pierre et d’autres, répartis ici ou là dans la ville, comme une partie des locaux de Sciences Po dans le quartier des Minimes, ou encore, aux environs d’Aix, comme le site de l’Arbois, avec son technopole de l’environnement. Et cela sans parler des grandes écoles comme les Arts et Métiers, et de tout ce qui concerne la vie étudiante, comme les installations sportives, les cités universitaires, les « Resto U », etc…L’Université est partout dans Aix et les étudiants sont chez eux dans toute la ville. 

Cette explosion géographique, même si le « gros des troupes » est regroupé sur le campus, Schuman, qui a fait l’objet d’une impressionnante rénovation, n’est pas surprenante : il faut bien trouver de la place pour les cours, TD, salles de travail et bibliothèques de plus de 30 000 étudiants, et pour les centres de recherches de leurs enseignants. Quand on regarde l’âge des divers bâtiments, on voit bien aussi que l’histoire est passée par là et que, si certains emplacements sont les mêmes depuis des dizaines d’années, voire depuis des siècles, d’autres bâtiments  ne datent que de quelques années : il a fallu construire et trouver de nouveaux espaces, d’où l’éloignement progressif du centre-ville ancien.  

Les étudiants-et sans doute les Aixois en général- sont tellement habitués à cette dispersion, qu’ils ne réalisent pas toujours qu’il s’agit d’un phénomène assez récent, qui s’est produit au XX° siècle, avec l’explosion du nombre de bacheliers-et donc d’étudiants. N’oublions pas qu’en 1900, les bacheliers repentaient moins de 1% d’une classe d’âge (soit moins de 10 000 pour toute la France) et encore 5% à peine en 1950. Aix, pourtant ville universitaire ancienne et importante, n’avait jusqu’au début du XX° siècle que quelques centaines d’étudiants : il n’y avait alors pas besoin de nombreux bâtiments ni de grands amphis, comme ceux qu’on trouve aujourd’hui et tous les étudiants d’Aix de l’époque, toutes disciplines confondues, auraient pu tenir dans un seul des grands amphis actuels. 

ELMG-ep4-2

LA CRÉATION DE L’UNIVERSITÉ EN 1409 

La question est donc la suivante : où étaient alors situées l’Université et les premières Facultés ? La réponse est assez simple : en face de la cathédrale, en gros à l’emplacement de l’actuel IEP. dans des bâtiments aujourd’hui disparus. En effet, le bâtiment actuel date « seulement » du milieu du 18° siècle et a donc remplacé les bâtiments d’origine. Pourquoi en face de la cathédrale ? Parce les universités, à Aix comme ailleurs, ont été créés par l’Eglise et que l’archevêque d’Aix en était alors le chancelier.  

Comme je l’ai déjà raconté dans des articles des saisons 1 et 2 d’Il court Mirabeau, la création de l’université d’Aix remonte à 1409.  Ce n’est donc pas la plus ancienne : Paris, Montpellier, Toulouse, datent du 13° siècle, Avignon (qui a disparu ensuite, avant d’être recrée), Orange (qui n’existe plus), Orléans, Grenoble, Angers…du 14° siècle. Mais enfin, 1409 en fait l’une des plus anciennes, bien d’autres ayant été créés après elle, parfois même après la Révolution : plus de six siècles d’existence font de l’Université d’Aix une institution vénérable. Sa création a été voulue par Louis II d’Anjou, comte de Provence, roi de Sicile, etc. le père de notre « bon roi René, et d’ailleurs l’année de la naissance de celui-ci.  

Il fallait l’approbation de l’Eglise et notamment du pape, ce qui était à ce moment-là un peu compliqué, puisqu’on était en plein grand schisme d’Occident et qu’il y avait alors trois papes, celui de Rome et deux antipapes. C’est l’un de ces derniers, Alexandre V, pape de Pise, qui a signé la bulle de création de l’université et, une fois le schisme terminé, le pape de Rome a confirmé cette création. Le premier chancelier a été l’archevêque d’Aix de l’époque, Thomas de Pupio, d’où la lettre P que l’on  retrouvait sur les armes de l’université, et, encore aujourd’hui, ici ou là, par exemple dans la salle des actes de la Faculté de droit. La bulle du Pape précisait que les membres de  l’université d’Aix jouissaient des privilèges, libertés et immunités  accordées par le Saint-Siège aux universités de Paris et Toulouse. 

ET AVANT 1409 ? 

Mais n’y avait-il rien avant 1409 ? Pas une université au sens strict, bien sûr, mais divers établissements qui allaient être regroupés dans la nouvelle université, ce qui a pu faciliter cette création, qui ne pouvait se faire ex-nihilo. Il s’agit de l’école de grammaire, où l’on enseignait le latin et la théologie et des écoles de théologie des quatre couvents des ordres mendiants (Franciscains, Carmes, Dominicains, Augustins) et de la cathédrale, auxquelles on ajouta une école de droit créée avec l’accord des syndics de la ville et le financement de celle-ci. Roux-Alphéran, dans son ouvrage sur « Les rues d’Aix », affirme même que, pendant les deux siècles précédant la création de l’Université, à la suite d’une décision d’Alphonse II, roi d’Aragon et comte de Provence sous le nom d’Alphonse 1er (donc avant la maison d’Anjou), comte de Barcelone, il y avait déjà à Aix une sorte d’académie générale des sciences, où l’on enseignait notamment le droit et il donne même une longue liste de professeurs ayant enseigné le droit à Aix aux 13° et 14° siècles.  

Simonne Guenée, dans sa « Bibliographie de l’histoire des Universités françaises des origines à la Révolution », indique pour sa part que « dès avant le XI° siècle, il y avait à Aix une école cathédrale assez florissante, peut-être même héritière directe des écoles municipales romaines. ». Il est certain en tous cas, comme l’a montré Jean Pourrière, dans son étude sur « Les commencements  de l’école de grammaire d’Aix », à partir de documents inédits, qu’une école de grammaire, municipale, existait déjà en 1378, et cela probablement depuis des dizaines d’années,  donc bien avant la création de l’université. Tout ceci donne indirectement une indication sur l’emplacement géographique, à proximité de la cathédrale, et d’ailleurs le forum romain lui-même était en gros situé à l’emplacement de l’actuelle cathédrale, qui a d’ailleurs conservé un mur de l’époque romaine : tout cela situe les éléments et bâtiments antérieurs à la création de l’université à proximité immédiate de la cathédrale saint-Sauveur. 

Toujours est-il que l’Université fondée à la demande de Louis II en 1409 ne partait pas de rien et, dès sa création, l’Université d’Aix comportait une Faculté de théologie et une Faculté de droit où l’on enseignait le droit canonique (le droit de l’Eglise) et le droit civil (donc en fait le droit romain). Le professeur Aubenas, lors de l’inauguration en 1952 des bâtiments de l’avenue Robert Schuman (les « nouvelles facultés ») relève d’ailleurs que le pouvoir civil (royal ou municipal) jouait dans l’université un rôle plus important que dans les universités plus anciennes, même si l’Eglise y jouait également un rôle important, ne serait-ce que via le chancelier. Mais le recteur, qui occupait une fonction déterminante, était un simple étudiant (naturellement « de bonne vie et mœurs ») et, à Aix, contrairement à ce qui se passait souvent ailleurs, il n’y avait pratiquement pas de différences entre les étudiants nobles et roturiers. Quant à la municipalité, elle jouait aussi un rôle important, notamment dans le financement de l’Université, y compris pour l’agrandissement des bâtiments, comme l’explique le professeur Jean-Louis Mestre dans un article sur l’histoire de l’Université d’Aix. 

LE BATIMENT D’ORIGINE, DE 1409 A HENRI IV 

Laissons de côté l‘histoire de l’université, dont nous avons parlé lors des saisons précédentes,  pour nous concentrer sur le bâtiment. Jean Boyer nous apporte des informations très précises dans son ouvrage sue « Le patrimoine architectural d’Aix-en-Provence », dans le chapitre consacré à « L’ancienne Faculté de droit».  Il constate que les nombreux auteurs qui ont fait des recherches sur l’histoire de l’Université d’Aix, comme institution, se sont « fort peu intéressés au cadre architectural dans lequel ont vécu, depuis le début du XV° siècle, de nombreuses générations de professeurs et étudiants ». En général on se contente de dire que la Faculté de droit (dont le bâtiment est devenu celui de Sciences Po) a été construite vers 1740 sur une partie des emplacements de la vieille université, dont les bâtiments menaçaient ruine. Cela permet en tous cas de dire que dès le début l’université a été située au cœur de la ville, en gros en face de la cathédrale : c’est bien là le lieu des origines. 

D’abord, une petite déception : « Des bâtiments qui furent élevés au XV° siècle pour abriter l’Université créée par Louis II d’Anjou, il ne nous reste plus aujourd’hui le moindre vestige ». Cela n’est pas surprenant, compte-tenu de toutes les modifications subies par Aix aux XVII° et XVIII° siècles, et des destructions du XIX° (il ne reste des périodes antérieures pratiquement que des édifices religieux). Pour autant, Jean Boyer nous livre quelques précieuses informations. « On sait seulement, en consultant les anciens plans de la ville d’Aix, que les bâtiments se dressaient sur l’emplacement de la partie sud-ouest de l’actuelle Faculté de droit » (entendez l’actuel  bâtiment de Sciences Po) « et que leur entrée principale s’ouvrait dans la rue du Puits-Chaud » (l’actuelle rue du Bon-Pasteur). 

Ainsi, l’emplacement d’origine de l’Université d’Aix a été conservé, à quelques mètres près, pendant des siècles et la Faculté de droit est restée au même endroit (en dépit des changements ultérieurs de bâtiment, après la destruction de l’ancien et la construction du nouveau en 1741/43) jusqu’au milieu du XX° siècle. Mais la perspective n’était pas la même qu’aujourd’hui, puisque l’entrée sa faisait par l’actuelle rue du Bon-Pasteur et non par la place de l’université. Et pour cause, puisque cette place n’existait pas, le lieu étant occupé par plusieurs maisons, situées immédiatement face à la cathédrale. Ce n’est qu’en 1513, un siècle après la création de l’université, que l’on a démoli plusieurs de ces maisons, afin de donner plus de perspective à la façade gothique de Saint-Sauveur. Toutefois, précise Jean Boyer, « les bâtiments de l’Université restèrent séparés de la nouvelle place (d’abord appelée place neuve de Saint-Sauveur, puis place Saint-Sauveur et enfin place de l’Université) par une maison particulière qui ne fut abattue qu’à la fin du XVI° siècle. ». 

Si l’emplacement ne va pas changer par la suite, jusqu’au milieu du XX° siècle, nous verrons dans l’épisode suivant comment va évoluer ce bâtiment, à partir d’Henri IV, avec des travaux et agrandissements successifs, jusqu’à sa destruction finale en 1740 et la construction de l’actuel édifice de la place de l’université en 1741-43. Il est vrai aussi que dans cette période fut créé par Henri IV le collège Bourbon, comportant notamment une Faculté des Arts et même une Faculté de médecine (bien avant Marseille) ! A suivre donc dans l’épisode 2. 

Written By

Most Popular

De nombreux incendies dans les Bouches du Rhône ce soir : point minute par minute

Actu

Pokawa, le restaurant hawaïen en vogue, ouvre ses portes à Aix…

Actu

Quand le Cours ne s’appelait pas encore Mirabeau

Jean Yves le Prof

Mon week-end détente entre Hyères & Porquerolles

Actu

Connect