Connect with us

Actu

Les pieds dans le sable à Teavora : le salon de thé de Marseille aux mille et uns trésors insolites

C’est une excursion en terre inconnue que je vous propose aujourd’hui. Me voici dans les rues de Marseille, au 65 Boulevard Longchamp, pour y découvrir Teavora, une étonnante « cabane à thé ». Et vous verrez au fil de cet article que jamais un endroit n’a aussi bien porté son nom. Parce que oui, le thé, c’est perché sur le sable et couché sur des coussins, que vous le dégusterez.

Le voyage commence dès que la porte se referme derrière nous.  Immédiatement, me voilà plongée dans un univers parallèle. La ville et son bitume ont disparu au profit d’une oasis en plein désert et de ses toiles suspendues. Ici, tout le décor est le fait de Patrick, le gérant du salon de thé. Avec passion, il a pris soin de donner une seconde vie à ces objets issus de la récupération. Guitares, filets, fontaines, bancs et édredons participent à ce climat de zénitude… 

Tout invite à la méditation et au repos. Le bois omniprésent emporte le voyageur hors du monde, dans un paradis perdu au Moyen-Orient. L’expérience est complètement immersive : l’encens et la cannelle chatouillent les narines. Une odeur enivrante qui apaise les maux et ressource les esprits. Je n’en suis qu’au début de ma visite, pourtant je sais déjà que Teavora sera une véritable ode à la quiétude. 

Ma balade se poursuit. Je serpente les différents espaces avant d’atteindre des étagères en bois. Avant de trouver le graal qui nous attend au bout du couloir, il faudra se déchausser. 

Mes chaussures enlevées, me voilà libérée d’un poids. Mes pieds peuvent désormais s’enfoncer dans le sable doux. L’expérience est saisissante : marcher dans de l’or jaune en plein milieu du mois de février, sans ressentir le froid s’agripper à la peau. L’été est à mes pieds. 

A travers la baie vitrée, un jardin dormant redore ses feuillages afin d’accueillir vos plus belles escapades estivales. 

Toujours pieds-nus, je déambule dans le passage sinueux qui débouche sur une vaste étendue de tasseaux de bois, perchés sur pilotis. Le sable remplit tout l’espace. 

Je m’avance vers une plage d’oreillers rembourrés pour rejoindre les amis qui m’ont donné rendez-vous dans ce petit jardin d’éden. Un éclairage tamisé qui saura parfaitement soulager les âmes abîmées par une dure journée de travail. 

Des effluves sucrés attisent ma gourmandise, je comprends qu’il est grand temps d’épancher ma satiété. Après un long moment d’indécision, j’opte pour le thé « Pacific Star », un mélange de thé noir, de mangues et autres fruits exotiques. Les pâtisseries, quant à elles, paraissent toutes aussi délicieuses les unes que les autres. 

Mais c’est finalement vers le « tea time », un mélange de mignardises, que je me tourne. Les théières et nos douceurs sont déposées sur la table, il est temps de savourer notre moment. 

Les discussions s’épuisent naturellement, tout comme le fond de ma tasse. Mon assiette est comme aseptisée, il ne reste plus rien. Il est déjà temps de repartir. Mais on ne peut que s’extirper difficilement de ces coussins moelleux tant on voudrait prolonger ce moment pour toujours. 

Les pieds dans le sable puis dans les chaussures, tout le parcours doit être refait à l’envers. A l’accueil, si vous avez été charmé par un thé en particulier, il vous sera possible d’acheter votre propre exemplaire, et de ramener chez vous votre propre petit bout de paradis. 

Comme pour refermer cette parenthèse enchantée, la porte se rabat derrière nous, et le quotidien finit alors inlassablement par nous rattraper.  

Written By

Most Popular

Je vous dévoile les 3 secrets du Queyras : bout du monde, magie et road trip canadien à 2h30 d’Aix

Ça flane

Solliès-Toucas, un nid hors du temps dans le Var

Actu

Les chiffres clés

Actu

Aix : 3 raisons de se rendre à l’Atelier Indigo, là où se mêlent arts, couleurs et bonne humeur

Ça teste

Connect