Connect with us

Ça flane

L’Oréliane : le jour où j’ai découvert un joyau secret dans le Vaucluse !

Quand flotte au vent ce parfum d’adrénaline, le souffle peut très vite vous mener vers des chemins de traverse, des villages hors du temps, avec des êtres qui ont l’amour de leur chez eux. C’est à Châteauneuf de Gadagne que nous allons virevolter ensemble, un fief plumé de calme et de ruelles timorées.

Destination du jour : un village assez méconnu du Vaucluse, berceau de 3300 âmes, beau comme tout, et une maison d’hôtes, chouette comme tout. Oui deux fois le mot “tout”. Car ici, on a justement “tout”. Tour à tour, vous y serez émerveillé, choyé, surpris, repu, heureux et… dépaysé.

Pour ce road trip du jour, j’ai rendez vous avec Christine, hébergeuse généreuse et souriante de l’Oréliane, une maison d’hôtes voluptueuse et romantique nichée au cœur du village.

Ensemble, nous partons à l’assaut de ces ruelles qu’elle connaît sur le bout des doigts. Et comme à mon habitude, je vais vous livre les sensations procurées lors de cette échapée vauclusienne.

Porte d’entrée vers les merveilles

En cette journée d’octobre, les platanes rissolent sous le soleil encore abondant. Il fait 24°c, les venelles qui tournicotent vers le sommet du village nous font aller de surprises en surprises.

J’ai déjà une sensation assez douce : celle d’être blotti. Blotti au coeur des arcades dorées, voûtes charismatiques, et des frêles traverses ornées de lampadaires.

Ce sentiment de réconfort ne va pas me lâcher. Car même les monuments donnent la réplique aux pensées imaginaires : un des portails en pierre s’appelle “Le Portail du Thor” avec comme inscription, juste en dessous, “Porte de l’aurore”. Vous le sentez ce petit lexique digne des jolies tirades de Game Of Thrones ?

Racines, flânerie, parfum d’ailleurs

On peut s’amuser à se perdre dans Chateauneuf de Gadagne. On y trouvera toujours quelque chose de pétillant, bucolique ou stimulante pour l’esprit de Provence.

Châteauneuf-de-Gadagne est le berceau du « Félibrige », qui a contribué au renouveau du dialecte provençal, comme on peut le découvrir sur certains panneaux de la commune, où est inscrit : « Castel Nou de Gadagno, Brès dou Felibrige ».

Nous sommes dans la Provence secrète, celle qui reste d’ailleurs à l’abri d’un flux trop important touristique, mais qui confère aux chanceux visiteurs d’un weekend ou d’une halte, l’esprit d’être en Provence, en pouvant y savourer les plus infimes vertus.

Christine me raconte avec des phrases saupoudrées de souvenirs, son passé dans le village, et nous prenons de la hauteur pour un panorama à couper le souffle.

Se murer en vestiges pour prendre son envol…

La vue dévoile face à nous, l’Horloge intemporelle, puis en contrebas, les plaines qui hésitent entre des habits émeraude et jasmin, sous l’œil rieur des cumulus moutonneux qui sifflent la fin de la récré pour l’été 2019 qui emporte avec lui, ses canicules et son teint hâlé.

En poursuivant l’esquive vers le sommet, on tombe nez à nez avec cette silhouette lumière qui veille sur le village. Le château se plante face à nous, sans crier gare. Sublime avec ces fortifications.

J’imagine son regard posé, le soir venu, sur les alentours. Quelle vue de fou doit-il voir depuis plusieurs siècles !

Il doit être revigoré par les lumières lointaines d’Avignon où on y danse on y danse…

Je l’imagine poser en pleine nuit ses yeux de pierre vers le Sud Ouest. Peut-être qu’il discerne alors, là bas, les Alpilles qui complotent autour d’une cuvée d’huile d’Olive.

Ou bien aperçoit-il, le Luberon qui fait le dos rond face à la Lune.

Ou le Mont Ventoux qui a vraiment la plus belle des tribunes.

Qu’importe où on pose son regard à Chateauneuf de Gadagne, que l’on soit fait de coeur de pierre, ou de coeur tout court, on peut apprivoiser les paysages à des kilomètres à la ronde, sans en faire à chaque fois le même tour.

Votre œil ici, sert de lasso pour décrocher les merveilles du Vaucluse en un battement de paupière.

En contrebas, le verbe “chouchouter” vous attend…

Et quand vous vous êtes bien régalé les yeux, vous pourrez faire une halte à l’Oréliane…

Dans cette maison d’hôtes, l’authentique et le raffinement vont de paire. Une paire d’as. Les univers des 4 chambres raflent la mise dans le cœur des touristes, amoureux et familles de passage.

Rebelote, la magie est à nouveau de la partie. Les jeux sont faits : nous n’avons pas envie de quitter les lieux tant les décors sont soignés.

Je vous conseille une halte à l’Oréliane, que vous veniez d’Aix, Salon, Toulon, Manosque ou Gap, d’ailleurs en France, vous serez accueilli de la plus belle des manières.

Site Web / Page Facebook / Page Instagram / Téléphone : 06 76 83 76 11

Deux salles de bain, deux ambiances…
Méli mélo ordonné d’époques aux eaux entremêlées…

Vous avez aimé cette escapade ? J’en ai mijoté 12 autres spécialement pour vous, hors des sentiers battus de Provence, et je vous conseille de faire vite, car elles vont bientôt disparaître dans la nature… Saurez-vous les capturer à temps ? C’est ici

Article sponsorisé

Written By

Most Popular

Dernière minute : séisme ressenti sur Aix en Provence (et dans le quart Sud-Est)

Non classé

8 anecdotes que vous ignorez peut être sur les 2G…

Actu

Aixois : les 7 secrets du blé de la Sainte Barbe pour ne plus vous “planter”…

Jean Yves le Prof

Va-t-il neiger sur Aix vendredi ? Les dernières prévisions…

Actu

Connect